Lors de la présentation de la plus grande tablette de chocolat d’une marque importante, un corps est recouvert à l’intérieur. Seules deux bulles coincées dans le précieux sésame peuvent donner des indices à l’équipe. Il est temps pour Jack et Angela d’annoncer la grossesse de cette dernière alors que Camille se refuse à laisser Michelle aller dans une université de bas étage.

Amoureux du chocolat, vous allez en prendre pour votre grade et pas sûr du tout que vous arriviez à en grignoter durant l’épisode. Certes, les cas ont pour habitude d’être peu ragoûtants, mais là, quand même, étant donné la propension de personnes qui aiment ce délicieux mets qu’est le chocolat, c’est cruel de nous y placer un corps dégoulinant de putréfaction !

Donc, entrée en matière peu sympathique pour un épisode qui reste à la surface des choses, qu’il s’agisse de l’affaire en elle-même (mais là, c’est peut-être le montage qui est en cause, car on sait 10 bonnes minutes avant Booth et Brennan qui est le tueur !) ou des relations personnelles.

Ce n’est pas de chance pour Angela, et par extension pour Jack, mais depuis le début de la série, ses storylines sont pour le moins pourries. Après le père rockeur chtarbé, les liaisons épisodiques, la relation lesbienne qui tenait de l’anecdote, voici la grossesse fantôme. C’est tellement faiblard de nous faire le coup de l’annonce-surprise alors que tout le monde le sait quand il lui propose de faire une fête pour l’occasion, je me suis sévèrement demandé si ce garçon n’était pas fou. À force de ne pas s’occuper de ses personnages secondaires, ou alors juste par très petites touches, la série finit par nous en désintéresser.

C’est malheureusement un peu pareil du côté de Camille qui n’est désormais mise sur le devant de la scène que lorsque le show nous ressort sa fille adoptive. Et là, c’est vraiment du gâchis tant le personnage recèle un superbe potentiel. Voici venu le moment de choisir une fac et l’ambitieuse légiste n’aime pas trop le choix de Michelle. Qu’à cela ne tienne, elle va elle-même postuler dans les grandes universités ! Le pire c’est qu’il est bien possible que l’on ne voie jamais les conséquences d’un tel acte étant donné qu’il n’y a pas de suivi ! Par exemple, quid de sa relation avec le gynéco de la saison dernière ?

Heureusement, l’épisode parvient quand même à faire rire, en particulier grâce à une version détendue de Bones qui semble apparaître un épisode sur deux. Un coup, elle est la Temperance bornée et intraitable, un coup, elle nous donne du « Yaouza » et se confie sur une mauvaise expérience alcoolique. Cette fille serait-elle cyclothymique ?

Et puis, il y a le retour de M. Nigel Murray, toujours friand d’anecdotes en tous genres et, ma foi, fort sympathique.

Rien de transcendant, rien de catastrophique.

On retrouve nos héros début décembre, après une petite pause d’une semaine.

avatarUn article de .
0 commentaire