L’équipe enquête sur le décès d’un homme souffrant de la manie de tout garder (syllogomanie). C’est aussi le moment de l’introspection pour Booth et Brennan, l’un comme l’autre étant appelé vers d’autres horizons. Le père d’Angela refait surface au grand dam de Jack.

Un final de saison n’est jamais facile à vivre (certes, c’est pire quand c’est la série qui s’arrête), mais dans le cas de Bones, on a l’impression de doublement les perdre. Dans ce dernier épisode inégal, Booth et Brennan vont se résoudre à faire ce que l’on craignait, mais qui se révèle être la chose à faire pour le bien-être de leur relation. Cette année, ils ont vécu un gros choc, ont dû faire face à leurs sentiments réciproques ce qui n’a pas été sans effet sur les derniers épisodes. Ils ne savaient plus vraiment sur quel pied danser, ni comment se parler.

Le choc est brutal pour le spectateur qui ne veut pas y croire, jusqu’à cette très émouvante scène de fin dans l’aéroport (sérieux, même pas un bisou, c’est frustrant !). Au final, ce qui était assez peu crédible lors du précédent épisode (l’impression que Brennan voulait tout arrêter) prend ici une dimension nouvelle. Certes, elle veut partir, mais plus parce qu’un nouveau défi s’offre à elle que parce que son activité actuelle a eu raison de ses nerfs.

Bien que les choses se fassent dans un certain flou artistique, il apparaît clairement, notamment dans leur discussion sur le banc, qu’elle a décidé en premier qu’il était mieux qu’elle s’en aille pour un an, profitant aussi un peu lâchement du fait que lui-même est rappelé par l’armée. D’ailleurs, cette opportunité pour Booth tombe un peu comme un cheveu dans la soupe. Lors de leur première rencontre, on a quand même un peu l’impression que le recruteur le suit depuis un moment. C’est comme si nous avions loupé un épisode. S’ajoute à cela le couplet de Parker qui exhorte son père à aller « sauver des vies ». Mouais, si on pouvait éviter d’en faire trop !

Évidemment, l’enquête ne sert que de prétexte. À la fois pour ramener Daisy dans l’équipe (la scène où Cam la supplie d’arrêter de hurler est tordante) et pour offrir à Jack et Sweets des discussions de mec à mec.

De la même façon, le retour du père d’Angela (membre de ZZ Top, ce qui n’échappera à personne) permet à Jack et Angela de prendre également la tangente pour… Paris.

Finalement, il n’y a que Sweets (qui se fait un peu larguer pour un tas d’os quand même) et Camille qui restent à Washington.

Si l’épisode manque parfois de subtilité, laquelle est compensée par de très belles scènes, il a au moins le mérite de proposer de façon originale un saut dans le temps. Il me tarde de revoir Bones et Booth un an plus tard, lui après avoir vu de nouvelles horreurs en zone ennemie, elle avec des connaissances inestimables qui la rendront encore moins modeste. Et peut-être même un nouvel amour, qui sait ?

À l’année prochaine, donc !

N.D.A. : Un dernier pour la route : Temperance, c’est quoi cette horrible jupe blanche et rouge, hein ???

avatarUn article de .
1 commentaire