Bones – The Bones that Foam (3.16)

Booth et Brennan enquêtent sur la mort d’un vendeur de voiture. Brennan demande à Sweets de lui apprendre à mieux réussir ses interrogatoires alors qu’au labo, l’équipe doit faire face à un corps qui se désagrège plus vite que la normale.

Pour sa première incursion dans le monde merveilleux de la réalisation de sa série, on ne peut pas dire que David Boreanaz frappe très fort. Car passé un très réussi pré-générique avec l’habituelle découverte du corps et son début d’analyse qui oscille entre le flippant et le dégoûtant (ledit corps sécrète une étrange mousse verte), l’épisode se la joue plan-plan.

C’est d’ailleurs moins de la faute de la réalisation que du scénario qui n’a franchement rien de passionnant et se concentre davantage sur les scènes de labo (il faut dire que le cas est particulièrement étonnant) avec Camille, Nigel-Henry, l’étudiant fan des faits de Brennan, Hodgins et dans une moindre mesure Angela que sur les investigations de Booth et Brennan.

Même ces deux-là semblent en très petite forme, bien moins pétillants que d’habitude et l’on a un peu du mal à comprendre la brusque obsession de Brennan à réussir des interrogatoires aussi bien que son collègue du FBI. Il est un fait établi depuis le départ (comme le dit elle-même) que son truc à elle ce sont les os, et son truc à lui, ce sont les gens !

Il est toutefois plaisant de retrouver M. Nigel-Henry, l’un des plus amusants assistants tournants de cette année. Son besoin constant d’énoncer des faits connus de lui seul et dont l’intérêt est tout relatif prend cette fois une nouvelle tournure lorsque Camille comprend qu’entrer dans son jeu permet de le ‘débloquer’ et de le faire avancer.

En revanche, pas une esquisse d’histoire personnelle pour quiconque dans cet épisode légèrement ennuyeux.

avatarUn article de .
0 commentaire