Un squatter tombe sur un squelette encastré dans une dalle de béton. Petit souci pour l’équipe de Bones, les os ont été mangés par un champignon. Hannah se fait tirer dessus en enquêtant sur des ripoux.

À la lumière de ce résumé, vous aurez compris que l’épisode va une fois de plus davantage se focaliser sur l’enquête que sur les relations personnelles des héros. Ce n’est vraiment pas une bonne idée.

Bien sûr, le couple Hannah/Booth, toujours aussi peu charismatique est aussi en ligne de mire avec ce qui arrive à la jeune femme. Bien évidemment, quelque peu lassée de l’inaction de Capitol Hill à côté de Kaboul, la voilà en quête de dénonciation de flics ripoux dans un coin peu fréquentable de Washington. Et ce qui devait arriver, se produit : on lui tire dessus. Rien de grave au demeurant, mais encore heureux que Brennan s’en mêle sans quoi la belle blonde aurait pu se vider de son sang. Du coup, Booth lui fait son regard « merci, je te dois tout, si seulement tu n’étais pas une handicapée sociale et que je ne sortais pas avec la blonde, tu serais mienne ». L’intérêt ici est de renforcer les liens « d’amitié » entre Temperance et Hannah, ce qui fonctionne très bien dans une dernière scène brillamment écrite et de nous rappeler au passage que Booth a choisi en Hannah une femme qui ressemble fortement à sa partenaire.

Retour donc sur l’enquête qui tient du défi scientifique pour l’équipe. Comment une anthropologiste peut-elle travailler sans os ? Salve d’applaudissements pour Angela, en mode sommeil de grossesse et pour l’interne Arastoo (décidément l’un de mes préférés) qui permettent à Brennan de disposer d’un corps ou en tout cas d’une reproduction.

À partir de là, c’est reparti pour une enquête sans punch si ce n’est l’intervention très shakespearienne de Sweets qui n’en finit pas de me surprendre par son intelligence. Son face à face avec cette « momie » de plomb joliment incarnée par John Fleck (le secrétaire inoubliable de Murder One) est là aussi finement amené, même si le garçon marche un peu sur des œufs. Évidemment, ce n’est pas tous les jours que l’on mène un interrogatoire à coup de lignes du grand William !

La résolution est au final tout ce qu’il y a de plus banal : un mélange business/amour qui a mal tourné.

Il est inquiétant de remarquer qu’au bout de 5 épisodes, la série n’a pas encore trouvé son rythme et que les personnages font du surplace. Même Booth, engagé dans une nouvelle relation, n’affiche pas le bonheur d’un homme soi-disant comblé. Il serait temps de se réveiller, Monsieur Hanson !

avatarUn article de .
2 commentaires