Bones - The Goop on the girl (5.10)

Un Père Noël qui vient de dévaliser une banque explose sous les yeux de Booth. Alors que l’équipe reconstitue littéralement le puzzle, Max présente à Temperance une de ses petites cousines, Margaret. Bones en profite pour rameuter toute sa famille du boulot à son réveillon.

Un épisode de Noël de Bones reste tout de même un épisode de Bones c’est-à-dire qu’il y a des morceaux d’humain un peu dans tous les coins. On est désolé pour le pauvre monsieur qui n’avait rien demandé à personne et qui finit en miettes, on repère facilement les méchants (Melinda Page Hamilton a toujours un sale rôle quoi qu’elle fasse) que le scénario a tôt fait de dégager au profit d’une trame familiale.

Ça commence très très très bien avec le déshabillage intempestif de Booth par une Bones très consciencieuse dans l’exercice de ses fonctions. Et là, on est comme Seeley, on a un peu chaud ! Parce que le Boreanaz tient plus que jamais la forme en caleçon (et je salue aussi le retour du t-shirt moulant du FBI, oh yeah !). La scène, très bien écrite et très drôle, est superbement interprétée et ne s’arrête pas au simple désapage. Non, nous assistons à l’arrivée de Cam (plus pince-sans-rire que jamais) alors que le pantalon tombe suivie d’une petite parade de l’homme à poil ou presque dans tout l’Institut sous le regard amusé voire plus d’Angela, Jack et Daisy.

Très bon choix d’ailleurs que de faire revenir cette dernière dans cet épisode étant donné ses liens avec Sweets car un autre assistant n’aurait pas convenu, le thème étant la famille que l’on se créée.

Et puis bien sûr, il y a la présence de Zooey Deschanel en cousine zarbi citant Benjamin Franklin. Je dois dire que de ce côté-là, je suis un peu déçu, les deux sœurs à la ville n’ayant pas vraiment d’alchimie et finalement assez peu de scènes conjointes. Le scénario joue à plusieurs reprises sur le gimmick « vous êtes sœurs ou quoi ? » mais force est de constater que l’on tient la meilleure des deux tant physiquement qu’au niveau du jeu, Emily.

Au final, voilà un épisode extrêmement attachant comme en témoigne le besoin de Cam de passer cette fête avec sa fille adoptive (Tamara Taylor est toujours parfaite dans l’émotion comme dans la drôlerie), l’arrivée massive de toute l’équipe à l’enterrement si triste du Père Noël et évidemment le réveillon partagé par tous.

C’est joli, c’est mignon, c’est humain, c’est Bones.

De très bonnes fêtes à tous.

avatarUn article de .
1 commentaire