Bones – The Hero in the Hold (4.14)

Sur le départ pour une soirée en l’honneur de Brennan, Booth se fait capturer par le Fossoyeur, celui-là même qui avait tenté d’enterrer vivants Bones et Hodgins. Alors que Booth reçoit l’aide d’un fantôme de son passé, l’équipe de Brennan cherche comment retrouver Booth avec Jared, le frère de ce dernier.

Quel étrange épisode venant d’une série comme Bones ! Si le show le plus factuel et le plus scientifique avec CSI se met à parler fantôme, où va le monde, je vous le demande !

Le problème n’est pas seulement que ce quatorzième épisode sort des sentiers battus, il est surtout particulièrement mal construit alors que les deux scénaristes travaillent sur la mythologie de la série avec un serial-killer déjà connu.

Tout d’abord, un petit « précédemment dans Bones » aurait été sympathique parce que franchement, il faut faire marcher toute sa mémoire pour se rappeler très exactement de la première affaire bien que l’épisode en question était très bon.

Le kidnapping étant installé, on suit deux équipes : celle de Brennan et des fouines qui doit rendre au FBI une preuve réclamée par le tueur et planquée par Hodgins (un morceau de taule logée dans sa jambe à l’époque) et celle formée de Booth et de son fantôme, un jeune soldat mort à ses côtés lorsqu’il était sniper.

On savait bien sûr que le passé de Booth en tant que militaire ne lui avait pas laissé un très bon souvenir mais cette histoire de vieille culpabilité sort un peu de nulle part comme la provenance du prénom de son fils, qui est aussi le patronyme du soldat mort. Et pourtant ce n’est pas faute d’avoir vu le petit Parker ces derniers temps.

Et pendant qu’il est occupé à sortir de son navire piégé, Bones et sa team pataugent gentiment et nous avec. On nous ramène aussi l’agent Perotta de l’épisode précédent qui n’a franchement aucune raison d’être dans le coin et encore plus étrange, Tempe fait appel à Jared, le frère de Booth, vu en début de saison et campé par un Brendan Fehr (Roswell) qui vieillit très bien.

La révélation de l’identité du Fossoyeur arrive comme un cheveu sur la soupe : il s’agit de la femme procureur qui travaille sur l’affaire (euh, où est donc Caroline, l’habituelle procureur ?)

A l’image de tous ces rebondissements, l’épisode respire la précipitation et jure avec le reste de la saison, voire de la série, jusque dans la façon de filmer les réactions des protagonistes (Bones qui assomme la coupable à coup de mallette, on rêve !).

Moins mauvais que particulièrement déroutant !

avatarUn article de .
1 commentaire