Bones – The Salt and the Wounds (4.17)

Alors que l’équipe de l’Institut accueille un nouvel assistant-musulman qui s’arrête pour prier, Booth et Brennan enquêtent sur la mort d’une jeune volleyeuse, retrouvée dans un bac de sel. Roxie rompt avec Angela et se pose des questions sur sa façon d’appréhender les relations amoureuses.

À bien des égards, cet épisode est profondément dérangeant. Il se dégage de lui une très gênante impression d’intolérance et de moralisation.

À commencer par la façon dont cette brillante bande de scientifiques accueille le nouveau venu, Aristoo, un assistant de recherche musulman qui fait sa prière au bureau. Brennan est plus que jamais odieuse puisqu’elle ne tolère aucune sorte de religion (et qu’elle ne glande rien !), Angela et Cam sont méchamment sarcastiques à l’égard de ce garçon qui est certes un peu bizarre (il ajoute des onomatopées à la fin des phrases) mais semble d’une grande gentillesse. Franchement, 8 ans après les attentats du 11 septembre, on ne s’attend pas à retrouver un tel dédain pour la religion musulmane dans une série américaine (on m’objectera peut-être 24 mais ce n’est pas du tout la même chose !)

Ensuite, mais qu’est-ce que c’est que cette histoire bidon de club de filles enceintes et décidées à élever seules leurs enfants, en groupe avec pour seule participation masculine que l’offrande de sperme d’un ado boutonneux ? Si la raison du meurtre est ridicule, à tel point que Booth en l’expliquant à Brennan ne semble même pas y croire, le pire est à venir avec la discussion finale de l’agent du FBI avec le gamin responsable de 4 grossesses (Spencer Breslin, frère d’Abigail Breslin, Little Miss Sunshine). Booth, reconverti en assistant social, s’est mis en tête de responsabiliser le gamin sur un mode moralisateur et pathos à gerber.

Enfin, terminons par l’arnaque de l’année, le couple Roxie-Angela. Bon, d’accord, personne n’y croyait à commencer par les intéressées elles-mêmes, mais leur rupture sent vraiment le bâcler. Surtout que celle-ci vient de Roxie qui semble découvrir qu’Angela ne vit que dans l’instant, là où elle veut un avenir. S’ensuit une pathétique réconciliation au lit avec Hodgins qui dessert beaucoup le personnage d’Angela. Heureusement que Sweets est là pour lui remettre les pendules à l’heure en lui donnant quelques conseils qu’elle ne suivra sûrement pas ! (6 mois d’abstinence, pensez donc !)

Un épisode décevant dans tous les sens du terme et qui laisse un goût très amer de régression.

avatarUn article de .
9 commentaires