Bored To Death – Stockholm Syndrome (1.01)

Après que sa petite-amie Suzanne l’ait quittée, Jonathan place une annonce sur Craig’s List pour proposer ses services de détective privé sans License. Il a rapidement une première cliente qui lui demande de retrouver sa sœur.

Bored To Death est une nouveauté qui nous vient de chez HBO et qui met en scène Jason Schwartzman dans la peau de Jonathan Ames, un écrivain passionné de romans policiers qui devient un détective amateur après que sa petite-amie Suzanne – jouée par Olivia Thirlby – le quitte, car il fume trop de joints et boit trop de vin rouge.

C’est le pitch et ce que ce premier épisode nous raconte. Le fait est qu’on saisit vite qu’il y a un truc qui ne tourne pas très rond dans la tête de Jonathan, ce qui justifie un peu sa soudaine envie de poster une annonce pour proposer ses services de détective privé. Enfin, on peut voir ça comme ça, car on ne prend pas le temps de nous présenter la chose autrement, donc on peut toujours penser que rien de solide ne pouvait appuyer cette décision avec logique, donc autant passer rapidement à autre chose.

À côté de ça, on découvre que Jonathan est un écrivain, qu’il travaille pour George Christopher et qu’il a un ami, Ray. En fait, sorti de ce dernier, les gens que le fréquentent ne nous sont pas proprement introduits et il faut dès lors que l’on déduise un peu qui fait quoi, sans être véritablement sûr du résultat. La suite de la série sera peut-être moins cryptique sur certains points.

À la base, l’idée d’entrer directement, sans aucune forme d’introduction, dans la vie de Jonathan n’est pas mauvaise, mais une fois mise en pratique on se rend compte des inconvénients qui vont avec ce choix scénaristique.

Mais bon, passons, car notre héros a une enquête à résoudre : retrouver la sœur de sa cliente. Son approche pour y parvenir n’est pas vaine et se révèle même payante. Le fait est que l’écrivain n’apparait pas du tout à l’aise dans le monde extérieur et que cela pourra devenir une solide source d’humour pour la série. Car oui, c’est une comédie, mais aujourd’hui, sur le câble US, ça ne semble plus vouloir dire grand-chose. Bref, c’est léger, il y a quelques bonnes répliques, mais ce n’est pas non plus l’hilarité.

Dans l’ensemble, la principale force de Bored To Death réside dans son casting. Jason Schwartzman se montre convaincant dans son personnage qui parait avoir sa place nulle part, tandis que Ted Danson et Zach Galifianakis imposent leur présence à l’écran sans forcer. Sortie de ça, l’histoire se révèle vraiment fragile sur beaucoup de points, et le résultat final réussi par miracle à tenir la route, mais sans être véritablement concluant. La série semble quand même mériter qu’on lui laisse une chance, car elle possède déjà une certaine personnalité, ce qui n’est pas trop mal pour débuter.

Cet article fut publié une première fois, le 16 sept. 2009.