Breaking Bad - A No Rough Stuff Type Deal (1.07)
Walt commence à se sentir à l’aise dans son rôle de criminel. Jesse, qui se remet de ses blessures, décide de vendre sa maison. La sœur de Skyler, Marie, offre un cadeau suspect à la baby shower.

Dernier épisode pour Breaking Bad. La saison devait en avoir 9, et finir sur un cliffhanger. La grève aura eu pour conséquence de réduire le nombre d’épisodes à 7. Qu’était-il prévu ensuite ? Cela restera pour le moment un mystère.

La série est donc repartie au cœur de son sujet, et cet épisode confirme la tendance. Le dosage entre les affaires de drogues et les histoires de familles est bien calculé, et se complète.

Walt décide de doubler la fabrication de meth. Jesse suit la cadence, sans pour autant ne pas émettre de protestations. Pour lui, ils ne devraient pas faire affaire avec Tuco, l’homme est beaucoup trop dérangé et dangereux. La fin appuiera sans conteste ses dires. Pour Walt, il faut avoir de l’argent, et vite. Il prend de l’assurance dans ce nouveau rôle, et, une fois la limite franchie, il ne peut de toute façon pas revenir en arrière. Autant assumer complètement. C’est donc ce qu’il décide de faire. Il va mentir à Skyler pour prendre le temps de fabriquer la quantité nécessaire de drogues, alors que Jesse se retrouve à devoir virer les gens venus visiter sa maison, qu’il retire de la vente.

D’ailleurs, pour fabriquer une grosse quantité de meth, les deux hommes ont dû acheter du matériel, et surtout, aller voler un produit chimique. Cela nous offre une scène assez savoureuse, symbole réel de l’association Walt/Jesse. Rien n’est complètement maitrisé, et l’improvisation est une clé essentielle. Alors qu’ils ont enfermé les gardes de la sécurité dans les toilettes, ils passent avec un gros bidon, obligé de le transporter à la main.

Une fois la fabrication faite, c’est la nouvelle rencontre avec Tuco, et c’est là où ce dernier va se mettre à tabasser à mort un de ses hommes, qui a osé parler pour lui. Jesse et Walt regardent la scène, entre l’atterrement et l’écœurement. Tuco est complètement allumé, il n’y a pas d’autres mots pour le définir, et son caractère imprévisible rend la dynamique encore plus explosive. Par la suite, on peut imagine que le personnage peut apporter beaucoup de risques et d’ennuis, mais aussi beaucoup d’avantages. Il s’agit d’une situation qu’il est impossible de deviner comment elle va tourner, ce qui rend le tout bien plus savoureux.

Du côté de Skyler, elle découvre que sa sœur à voler une tiare, lorsqu’elle va pour l’échanger. Elle va se faire arrêter, et va risquer la prison, mais va profiter de sa grossesse pour se tirer d’affaire. Skyler va confronter sa sœur, qui va refuser d’admettre. Quelques scènes plus tôt, Hank offrait un cigare cubain à Walt.

On place donc la famille dans une position d’illégalité. Rien n’est particulièrement choquant, ni pour l’un, ni pour l’autre. La police, surtout dans les services comme Hank, n’est pas toujours blanche comme neige, et vu la personnalité de Marie, on en vient très vite à l’idée qu’il doit plus s’agir d’une maladie, d’un acte compulsif, plus qu’une tentative de défier les lois. Pourtant, il faut bien admettre qu’il y a opportunisme : Walt commence à se sentir à l’aise avec cette action illégale, et il est conforté dans sa décision en voyant les actes commis par d’autres membres de sa famille. Le fin mot de l’histoire pourrait donc manquer singulièrement de finesse si ces éléments sont mal exploités.

Cet épisode n’offre pas de conclusion, ou de suspense à cette saison, et ne crée pas de sentiments de frustration. La saison aura exposé les faiblesses de la série, mais aussi réservé de bonnes surprises, prometteur pour la suite.