Breaking Bad - ABQ (2.13)

Jesse est dévasté par la mort de sa petite amie, et plonge encore plus dans la drogue. Le père de Jane est lui aussi anéanti par la perte de sa fille, sa déprime entrainant encore plus de tragédie. Walt se fait opérer.

Deux cadavres, près de la maison de Walt. Cette fameuse scène d’introduction du précédent épisode ouvre de nouveau le bal, nous en montrant encore plus, sans réellement fournir de détails supplémentaires. La fin de l’épisode nous révèlera l’aspect très effet papillon auquel nous jouons.

Jesse est totalement anéanti par la mort de Jane, et Walt va devoir prendre les choses en main. Contrairement à ce que j’avais pu m’imaginer (ce que je ne devrais pas faire avec Breaking Bad), son addiction ne prendra que peu de place, et il sera assez en recul durant tout l’épisode. Jesse est un légume, détruit par la perte de sa petite amie, et rongé jusqu’à la moelle par la culpabilité. Walt réussira à le sortir du milieu de la drogue, mais, malgré cela, on laisse Jesse dans un état tout aussi déplorable, à un stable dépressif plus qu’avancé.

On ne s’arrête pas vraiment sur la question, et nous sommes bien plus tournés vers Walt et sa famille, qui touchent de l’argent de dons « d’inconnus » via le site de Junior. Il y a un fort contraste entre l’esprit de la famille et celui de Walt, préoccupé par les affaires et Jesse, et étant incapable de réellement s’enthousiasmer pour la récolte d’argent. D’ailleurs, dans une scène presque anecdotique, au bureau de Hank,  nous découvrons que ce dernier songe que Heisenberg n’est pas mort, mais surtout, récolte de l’argent pour l’opération de son beau-frère. Le patron de Hank l’introduit à des hommes d’affaires locaux, dont Gustavo de Los Pollos Hermanos (Giancarlo Esposito), qui va faire un don.

L’opération va avoir lieu pour Walt, et cela va entraîner sa séparation avec Skyler. On était enfin arrivé à une certaine stabilité dans le couple, mais sous l’effet des drogues, il va révéler avoir plusieurs téléphones, et de là, Sky va mener son enquête et découvre qu’il n’a jamais emprunté d’argent à Gretchen et qu’il n’est pas allé chez sa mère. Des mensonges, que des mensonges et elle ne veut même pas savoir la vérité, alors que nous arrivons à un point où Walt est prêt à lui dire. À moins qu’il eût une sortie de secours, mais là, j’avoue que j’aurais des difficultés à imaginer ce qu’il aurait bien pu inventer. De toute façon, Skyler prend le bébé et s’en va. Pendant son absence, elle souhaite que Walt prenne ses affaires et quitte le foyer.

Finalement, tout ce pour quoi se battait Walt vient de s’anéantir, alors que son propre business a aussi entrainé la mort de plusieurs personnes, dont celle de Jane. Celle-ci va elle-même rebondir sur le père de cette dernière, qui, totalement anéanti, à son travail d’aiguilleurs du ciel, va totalement être déconnecté et cela aboutira à la collision de deux avions dans le ciel, au-dessus de la maison des Whites.

Un ours en peluche, de la même couleur que la chemise de Walt, tombe dans la piscine des White. Une image qui se veut forte et surtout très symbolique quant à la situation de ce père de famille qui est passé du gentil professeur de chimie à fabricant de meth. D’ailleurs, on peut même songer aux paroles de Walt Jr. sur la question, qui a une image de son père aux antipodes de ce qu’il est devenu.

Pour cette fin, on nous laisse sur une imagerie qui pousse à la réflexion. De quoi faire réfléchir le spectateur jusqu’à la saison prochaine.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire