Breaking Bad - Down (2.04)

Skyler, suspicieuse, garde ses distances avec Walt, malgré ses tentatives pour reconnecter la famille. Pendant ce temps, Jesse se retrouve à la rue, quand ses parents reprennent possession de la maison dans laquelle il vit.

Toujours pas de cuisine pour Jesse et Walt, qui continuent de faire face aux conséquences des derniers évènements.

La situation familiale de Jesse se complique encore plus, prenant de l’épaisseur et nous offrant de nouveaux indices quant à son style de vie. Il est à parier qu’il n’a jamais eu de relations harmonieuses avec ses parents, ou peut être quand il faisait du toboggan alors qu’il était petit. Suite à la visite de Hank, sa mère est allée chez lui et a découvert le matériel pour fabriquer la meth. Avec son père, ils décident donc de récupérer la maison, qui leur appartient juridiquement parlant. De cette histoire, Jesse aura appris une chose : la parole ne vaut rien. Le spectateur, quant à lui, devra essayer de cerner les actions de la mère, le père étant depuis le début assez en opposition avec son fils. Ils agissent soi-disant pour l’aider, mais il est évident que de notre point de vue, nous n’avons pas totalement cette impression. Comme souvent, la télévision nous renvoie aussi l’image de l’être humain plus que solitaire, car pour ne pas changer, malgré ces quelques fréquentations, Jesse ne connaît personne près à l’héberger pour une ou deux nuits.

L’épisode tend d’ailleurs à nous faire penser que maintenant, au vu de la situation, Jesse et Walt n’ont plus qu’eux-mêmes. Ni famille, ni relation ne sont soutien, aide ou motivation. Si la volonté de Walt d’offrir un avenir à sa femme, son fils et l’enfant à venir est bel et bien le point de départ de la fabrication de drogues, autant dire qu’aujourd’hui, il n’y a plus de doute possible quant aux obstacles que cela représente. Son fils est distant, mais rien d’anormal au vu de son âge, surtout entre une mère bien enceinte et un père cancéreux. Skyler, par contre, décide de faire payer à Walt ces dernières virées. Après l’angoisse et la peur, la vengeance pourrait-on dire. Ce n’est pas que cela soit mal écrit, mais Sky n’est définitivement pas le personnage avec lequel on arrive le plus à s’attacher et à comprendre les actions, ayant été plus souvent une gêne qu’une aide. Nous allons encore dans ce sens ici, et la seule raison qui pousse Walt à ne pas s’énerver plus tôt est le fait qu’il doit se rappeler ses motivations premières. Il arrive à garder une certaine constance dans son comportement, malgré le conflit qui l’oppose à sa femme.

Jesse et Walt sont donc séparés, dans le but d’attendre que la situation se tasse, pourtant ce n’est pas vraiment le cas, les problèmes personnels prenant le dessus. Une étape avant tout psychologique sur la route empruntée par nos protagonistes.