Walter rencontre Gus et tente de négocier pour sa vie, sachant qu’il est trop tard pour Jesse. Il va donc reprendre le travail, mais sait que ses heures sont comptées et va devoir prendre des mesures pour éviter le pire.

Walt : I saved your life Jesse, are you gonna save mine ?

Après la scène-choc qui concluait Half Mesures, on pouvait se demander jusqu’où irait Full Measure. En suivant la logique des titres, exactement là où Jesse ne voulait pas aller.

Cependant, tout commence par un petit jeu de mensonges, chacun promettant la paix et la prospérité à l’autre, mais Walt n’est pas stupide et Gus n’aurait pas dû le sous-estimer, surtout qu’il sait qu’il n’a pas peur de presser la détente si besoin est.

Walt est devenu l’homme parfait pour le milieu dans lequel il évolue. Il est loin l’époque du bluff explosif face à Tuco. Le chimiste fait ce qu’il doit faire et suit le conseil de Mike – ce dernier devant fortement le regretter – en arrêtant les détours.

Mike, justement, a pris une certaine importance depuis peu et va, avec ce season finale, obtenir d’excellentes scènes qui renforcent, si cela était nécessaire, sa place au service de Gus, en plus d’introduire une storyline probablement majeure pour la prochaine saison : le Cartel contre-attaque.

Mais si le détective a beaucoup à faire entre les ennemis qui viennent de l’autre côte de la frontière, gérer ceux qui sont à l’intérieur n’est pas plus aisé. Retrouver Jesse, par exemple, est plus compliqué qu’il n’y parait, principalement parce que Saul n’est jamais ce qu’il parait être et, qu’à force, même Mike n’arrive pas à s’en souvenir. Il faut avouer qu’il fait tellement le bouffon que ça n’aide pas à le prendre au sérieux. De plus, dernièrement il semblait réellement être devenu un petit joueur, mais il a su garder ses cartes en main. Parfois je pense que Mike et Saul mériteraient chacun d’avoir leur propre série.

Pour revenir à l’épisode, comme toujours, la sauce va savamment monter, menant Jesse là où il ne veut pas être. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de l’éviter, mais même s’il désire toujours le protéger, Walt n’a cette fois plus le choix et l’envoyer se salir les mains est la seule et unique solution. Le pauvre Jesse a bien conscience de la place dans laquelle il se trouve, que sa vie ne tient plus à grand-chose, mais il pensait avoir atteint ses limites. Dans toute l’histoire, il est celui qui semble être constamment victime de ses choix, mais surtout, de ceux des autres.  Cette saison n’aura pas été tendre avec lui, surtout qu’à chaque fois que les choses s’amélioraient pour lui, les répercutions des actes de Walt venaient le frapper en pleine face. Aujourd’hui, les rôles sont totalement inversés par rapport au début de la série : Walt est le criminel, Jesse est celui qui est le dos au mur et qui voit la mort au bout du chemin.

Quoi qu’il en soit, à partir de là, on peut se demander où la série va pouvoir aller, mais en attendant d’obtenir une réponse, on peut se satisfaire d’un final magistralement orchestré.