Jesse fait remarquer à Walt que leur patron tire énormément de profits de leur travail, alors qu’eux non. Walt rend visite à Gus pour parler de son avenir. Marie veut ce qu’il y a de mieux pour Hank, mais son assurance ne va pas couvrir le meilleur traitement.

Maintenant que Jesse et Walt sont des millionnaires avec un travail stable, on aurait pu imaginer qu’ils allaient juste profiter de la vie. Mais ce n’est pas leur style. En fait, pour Jesse, tout ceci est ennuyeux, cuisiner manière industrielle ne lui apporte pas les sensations fortes d’une vie de hors-la-loi. Il est donc frustré et ça ne va pas s’arranger quand Saul lui parlera de payer des taxes.

On voit alors un côté de Jesse qui n’avait jamais été réellement exprimé. Il faut dire que, jusqu’à il y a peu, il était un petit drogué peu fiable et sans avenir. Aujourd’hui, il voit clair et sa vie, sans la drogue, est devenue plutôt calme. Il est évident qu’il lui faut un palliatif et la prise de risques est ce qui compensera le mieux il faut croire. Voler quelques onces de Meth au laboratoire devrait lui fournir l’adrénaline qui lui manque, mais pas seulement, car il ne consomme plus et veut revendre. Résultat, avec Skinny Pete et Badger, il va monter un plan qui met bien en lumière la pourriture qui sommeille en lui. Certes, elle n’est jamais profondément cachée, sa façon de s’en prendre à Walt l’a illustré, mais il est tellement égoïste qu’il est prêt à faire souffrir et à ruiner la vie de personnes qu’il sait en convalescence. Et il le fait avec un sourire qui en dit long.

Les conséquences de tout ça seront probablement payées en partie par Walt, mais, à ce niveau, ce sera devenu son leitmotiv. Il va déjà commencer par payer – littéralement – pour Hank. Skyler a fini de retourner la question dans tous les sens et va trouver la solution à beaucoup de problèmes. Celui d’Hank, celui de son mariage raté, et simplement celui de Walt, car dans le processus, elle va inventer l’histoire la plus commode qui soit, justifiant tous les écarts et débordements que le chimiste a accomplis. On pourrait dire qu’elle assume enfin son rôle de partenaire silencieuse et, quitte à prendre le risque, autant que ceux qu’elle aime en profitent.

Le couple n’existe plus sous sa forme traditionnelle, mais se reconstruit d’une manière inattendue qui s’est finalement adaptée à la réalité de la situation. Skyler semble d’ailleurs prête à accepter de nouveau Walt comme étant son mari, mais cela est probablement quelque chose à étudier sur le long terme. En attendant, elle va lui prendre son argent.

Pour finir, l’épisode sert à faire réaliser à Walt l’étendue des répercussions de son travail. On ne parle pas moralement, mais économiquement, car il prend conscience de tout ce qui s’est tramé dans son dos et de la prise de pouvoir de Gus sur le marché. La manœuvre stratégique est colossale et il en est l’un des rouages. Peut-être le plus important, mais surtout, il se demande pour combien de temps. Son face à face avec Gus nous montre qu’il est redevenu l’homme intelligent qu’il avait occasionnellement oublié d’être. Un moment assez intéressant entre les deux partenaires professionnels qui confirme qu’ils se comprennent et qui démontre que Walt accepte ce qu’il fait. Certes, la scène suivante met en avant les fissures morales qui ne sont pas totalement absentes chez lui, mais cette perte de contrôle temporaire n’a pour l’instant aucune incidence. On sait juste que c’est là.

L’épisode avait été présenté comme celui dans lequel les choses allaient changer pour Skyler. C’est ce qui s’est effectivement produit, mais cela n’illustre pas les conséquences qui suivent cette évolution. Comme à chaque fois que tout semble enfin prêt à se stabiliser dans la vie de Walt, on voit naitre en arrière-plan les futurs problèmes qui pourront l’emporter.