Breaking Bad - Negro Y Azul (2.07)

Des rumeurs circulent au sujet des récentes actions de Jesse, et Walt voit là une opportunité de développer leur business. Hank prend enfin ses fonctions, depuis sa promotion, et lutte pour trouver sa place. Skyler décide de se trouver un travail. Jesse se rapproche de Jane, sa logeuse.

Breaking Bad est une série qui prend son temps, nous le savons. Malgré cela, elle parvient la plupart du temps à se révéler captivante, par un étrange concours de circonstances. Nous arrivons à la mi-saison, les directions et pistes mises en place durant la première partie sont visibles. On n’appuie pas sur l’accélérateur, mais pourtant, on sent bien qu’on assiste à quelques moments clés pour les affaires. Malgré cela, l’épisode a totalement échoué à me passionner et il s’agit à la vérité du premier de cette saison à m’ennuyer profondément. La série, à cause de son rythme est à double tranchant. Ceci est l’autre versant.

Walt n’est pas véritablement présent dans cet épisode, ce qui en soi, n’est pas obligatoirement une erreur. Les autres personnages – à l’exception de Skyler peut-être – sont assez riches pour fournir ce qu’il faut à l’intrigue. Malheureusement, au fond, le meilleur se déroule en compagnie de Walt, c’est lui qui pousse à l’action, qui est le déclencheur, qui offre des évolutions. À se demander si Jesse arriverait à quelque chose sans lui.

D’ailleurs, ce dernier a des difficultés à se remettre de la mort à laquelle il a assisté. Comme Jesse, pour moi, Walt lui avait demandé d’éliminer le problème. Pour notre professeur, il s’agissait simplement de faire peur, non de tuer. Malgré cela, il n’aura aucun problème à exploiter la situation en découvrant la réputation que cela a donnée à Jesse. Heureusement qu’il est là pour voir l’opportunité qui se présente. Tout ceci nous renvoie au passage à la scène d’introduction de l’épisode, assez ingénieuse, où nous entendons un narcocorrido : « But that homie’s dead, he just doesn’t know it yet. »

Pour occuper le reste de l’épisode, nous assistons à un rapprochement entre Jesse et sa logeuse, Jane, qui entre l’introduction et aujourd’hui, a décidé qu’elle n’en avait plus rien à faire de ce que faisait le locataire, tant qu’il le fait loin de chez elle. Ces changements d’opinion sont communs dans Breaking Bad. Cela permet d’offrir à notre vendeur de drogues quelqu’un de différent avec qui interagir, seulement, même si je n’ai rien contre Jane, elle n’a pas encore réellement prouvé qu’elle pouvait être un ajout viable.

L’épisode introduit aussi quelques évolutions dans la famille de Walt, à commencer par Skyler qui retourne à son ancien travail, tandis que Hank commence son nouveau. C’est lui qui a le plus intéressant, même si le traitement ne fait qu’être un écho d’un épisode précédent. Hank ne s’est donc pas psychologiquement soigné du mal qui le ronge depuis qu’il s’est fait tiré dessus.

L’ensemble se révèle avant tout fastidieux, victime de son rythme et au fond, du manque de scène réservé à Walt. Seul, Jesse a déjà prouvé sa force, mais ce qui se déroule ici n’apporte que peu d’eau à notre moulin. Quant à Skyler et Hank, c’est avant tout des introductions à de nouvelles directions prises.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire