Breaking In : la sécurité avant tout (Série complète)

Le mystérieux Oz est à la tête d’une agence de sécurité engagée pour tester les systèmes censés protéger ses clients. Il recrute Cameron, un hacker qui voulait juste passer sa vie à l’université.

Breaking In est une comédie qui nous entraine au cœur de Contra Security, une entreprise qui doit vérifier que les systèmes d’alarmes de leurs clients sont réellement efficaces. L’histoire démarre quand l’intrigant Oz, celui qui dirige Contra, force Cameron, un hacker, à rejoindre son équipe. Bien que réticent, Cam va rapidement gagner sa place au milieu de ses nouveaux collègues aux talents les plus divers.

Cette série ne dure que le temps de sept épisodes et c’est bien là son plus gros défaut, car il y a peu de comédies qui parviennent à trouver un rythme convenable dès le pilote. Breaking In n’est pas une exception, réussissant à ne véritablement faire rire que dans ses derniers épisodes.

Elle a également d’autres handicaps à surmonter. Son premier est de laisser reposer la majorité de ses histoires sur l’attirance de Cameron pour sa collègue, et désormais amie, Melanie. Celle-ci est en couple avec Dutch, un imbécile heureux à la personnalité envahissante. Cam ne peut pas avoir la fille et, au lieu de faire de cet état de fait un gag récurrent, la série s’en sert pour justifier tout ce qu’elle peut avec.

C’est faible et ce n’est pas aider par le fait que chaque personnage est un stéréotype. On nous présente l’équipe comme un groupe de nerds, mais seul l’un d’entre eux, Cash, se révèle digne du qualificatif. Cette volonté d’enfermer chacun dans une case bien spécifique met la crédibilité de certaines relations à dure épreuve.

Enfin, pour terminer sur les problèmes que rencontre Breaking In au départ, il y en a un qui était facile à éviter, mais que les scénaristes n’ont pas arrêté de l’employer. Ils semblaient persuadés que leur show méritait l’abstrait statut de série de geeks. Du coup, ils tentent d’implémenter le maximum de références de pop culture possibles afin de remplir le minimum requis pour obtenir le titre. Le souci étant que les protagonistes n’ont que rarement l’air à l’aise avec ça.

Malgré tout, Breaking In parvient à trouver le bon mélange et à décoller réellement dans les trois derniers épisodes. À partir de là, elle montre qu’elle peut vraiment délivrer l’humour qu’elle promettait au commencement. Les personnages commencent à fonctionner ensemble et les scénaristes deviennent légèrement moins frileux quand il s’agit d’aller au bout d’une de leurs idées.

Breaking In aurait donc mérité bien plus que ce qu’elle a eu pour prouver que son potentiel de départ était pleinement exploitable. Elle n’a pas eu cette chance et se retrouve dès lors destinée à être simplement oubliée. Au moins, Christian Slater a été impeccable d’un bout à l’autre, même s’il est souvent sous-exploité, et on ne pourra pas lui mettre l’échec du show sur le dos.

Le générique

Get the Flash Player to see this content.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link