Pour parvenir plus aisément à attraper des évadés de prisons, deux U.S. Marshals ont mis sur pied une unité spéciale qui réunit plusieurs prisonniers devant les aider dans leur tâche. S’ils respectent leur accord, leur peine se voit diminuer, et ils sont transférés dans une prison de sécurité minimale. S’ils tentent de les doubler, c’est retour à la case départ avec une peine de prison doublée.

« Par les producteurs de Prison Break. » Voilà une phrase qui annonce la couleur en ce qui concerne Breakout Kings, une création de Nick Santora et Matt Olmstead, mettant en scène une équipe de criminels devant assister les forces de l’ordre en charge de remettre en prison des fugitifs.

Nous voilà donc à faire connaissance avec une équipe de choc dirigée par les marshals Charlie Duchamp (Laz Alonso) et Ray Zancanelli (Domenick Lombardozzi), assistée par Julianne (Brooke Nevin). Ils supervisent un groupe de prisonniers sélectionnés par Ray pour les aider à remettre en prison des évadés. Pour couvrir tous les angles, nous avons le clairement psychologue Lloyd Lowery (Jimmi Simpson), le réduit au minimum syndical Shea Daniels (Malcolm Goodwin), le pas commode destiné à se faire éjecter de l’équipe pour faire un exemple Gunderson (Brock Johnson) et la sexy Philly Rothcliffer (Nicole Steinwedell) ; à noter que dans le cas de cette dernière, elle est remplacée dès le second épisode par une autre actrice.

L’épisode va tenter de fournir à ses personnages suffisamment de dialogues et d’interactions pour que le spectateur puisse tenter de les cerner, sans non plus dévoiler toutes les cartes. On ne peut pas dire que l’orchestration soit particulièrement bien faite à ce niveau-là, participant encore plus à mettre en relief l’inconsistance dont s’ouvre clairement le pilote.

Cela ne se limite pas à la simple installation de ces personnages, car si on se penche de trop près sur le scénario, les défauts deviennent assez encombrants. Cela n’empêche pas l’intrigue de chercher à fournir des rebondissements et des retournements de situations, malgré le fait qu’elle n’a clairement pas l’envergure nécessaire pour cela.

Pourtant, la série possède un dynamisme qui n’est pas négligeable, permettant de continuellement aller de l’avant sans vraiment se questionner. De cette façon, l’épisode donne le change, épaulé par un peu d’humour et une dose de violence qui permet de crédibiliser l’univers. Grâce à cela, ce pilote se laisse visionner sans arrière-pensée et sans trop de déplaisir, les acteurs participants bien à rendre le tout agréable et attractif.

Ainsi, Breakout Kings expose ses défauts au sein de ce pilote qui ne laisse pas trop de doute sur ce que la série a à offrir. L’ensemble se révèle bancal mais parvient à tenir la route grâce un casting plutôt inspiré et une énergie qui mène l’épisode d’un bout à l’autre.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire