Brothers & Sisters – The Feast of Epiphany (2.10)
J’admets avoir perdu beaucoup de ma motivation pour cette série. Les ingrédients qui me poussaient à regarder avaient quelque peu disparu. À mon goût trop accentué sur le drama, ce qui faisait la force de la série, l’humour et les véritables interactions entre les membres de la famille, avaient un peu disparu. Pas totalement, bien sûr, mais le véritable dynamisme de la série avait pris la porte de sortie.

The Feast of Epiphany est un épisode type comme je les aime, avec pour l’occasion, Laura Innes derrière la caméra, qui a tout à fait saisi l’essence de la série. Si je le souligne, c’est que la réalisation était à mon goût plus vive qu’à l’accoutumée.
Nous reprenons là où nous nous sommes arrêtés. Nora décide d’organiser un diner de famille, auquel elle convie Isaac. Elle ne veut pas encore se retrouver seule avec lui, et veut faire bonne impression. Les diners de famille chez les Walker se déroulent toujours entre le salon et la cuisine, et celui-ci ne fait pas exception.
Kevin a essayé de régler le problème entre Tommy et Justin, qui sont fâchés depuis que le plus jeune a appris que son frère avait eu une liaison avec la futile Lena. Je la trouve particulièrement ennuyeuse, je n’y peux rien. J’ai particulièrement aimé la façon dont le problème de Tommy a été réglé et de découvrir que Julia avait elle aussi trompé son mari pendant son absence. C’était bien joué. Tout comme le fait que Kevin et Sarah se disputent un peu sur la question de moralité. Ne pas blâmer Tommy pour avoir commis une erreur m’apparaît comme un choix scénaristique plus judicieux que d’autres. Car cette affaire n’aura pas mis en valeur Justin, que je trouve assez exécrable et très moralisateur. Surtout pour quelqu’un d’aussi jeune, et qui cumule les erreurs.
On apprend le futur retour de Jason, et que Kevin va aller diner avec lui. Ce dernier ne sait pas véritablement quoi faire à l’évidence, sa situation est bancale. Il l’annonce à Scotty à la fin de l’épisode. Je suppose qu’ici, cela prendra de l’importance au prochain épisode.
Le couple Kitty/Robert doit aussi faire face à ses problèmes. D’un point de vue personnel, il s’agit de McCallister qui n’est pas encore prêt pour avoir des enfants, et qui le dit enfin à Kitty. Enfin ! Je trouve que se trainer ce type de story-line est complètement inutile, et j’apprécie le fait qu’elle soit réglée aussi rapidement dans l’épisode.
D’un point de vue professionnel, Kitty apprend que Robert et Isaac possèdent des informations sur la famille de leur concurrent direct, seulement McCallister refuse de les utiliser. La vérité va quand même jaillir, dont ne sait où, et cela fait alors de Robert le premier en tête pour le parti républicain.
On termine avec ma partie préférée, même si cela ne correspond qu’à quelques minutes dans l’épisode, c’est-à-dire tout ce qui tourne autour de Sarah. Rachel Griffiths est une excellente actrice, je ne cesserais pas de le répéter, et si elle gère le drama finement, elle est imbattable pour l’humour. Son duo avec Graham Finch (Steven Weber) est excellent, et mes seuls regrets sont qu’on ne les voit pas assez. J’espère que l’on va daigner leur donner plus de place, qu’un développement succinct, ou par-ci par-là.

Le retour de Brothers & Sister s’est donc fait sous de bons auspices, bien que la fin est toute proche, je reste satisfaite d’avoir retrouvé un peu goût en la série.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire