Brothers & Sisters - A Bone to Pick (4.11)

A Bone to Pick (4.11)

Le cancer de Kitty atteint un stade critique, poussant la famille Walker à faire des examens pour trouver un donneur parmi eux…

La storyline autour du cancer de Kitty a pas mal occupé la première partie de cette quatrième saison. Les échos n’étaient pas très positifs, entre le fait que cela est un sujet qui en devient redondant à la télévision, et qu’en ces temps difficiles, le public n’est pas forcément d’humeur pour ce type de drame. ABC a ainsi décidé de changer l’orientation du programme, nouveau showrunner à la clé ! La série n’est plus à un remaniement d’équipe à ce stade de son existence – au vu du nombre qu’elle a déjà connu.

Quoi qu’il en soit, cette reprise va être consacrée à conclure cette trame. L’épisode est donc entièrement orienté sur Kitty, ou presque, mais va quand même faire un peu de place au délaissé et rapporté de la fratrie : Ryan. Dans le genre complètement transparent, le jeune homme se pose là, ce qui est bien dommage, surtout qu’il était plein de promesses à son arrivée.

La maladie de Kitty va nous fournir l’occasion de le ramener dans le cercle des Walker, en même temps qu’Holly le confronte sur l’incident qui a eu lieu à Ojai Food. Cette histoire, à mon avis, va enfin bientôt prendre son envol, ne serait-ce que pour être mené à terme – tout dépend de ce qu’ils ont prévu en coulisses. Jusque-là, ce ne fut aucunement constructif, alors, qu’importe ce qui se passe, cette vendetta contre le père Walker et son entreprise ne peut que gagner à être étoffée.

Dans tout cela, je ne parle même pas de Kitty ! Il faut dire que rien de réellement palpitant ne va en ressortir. Pire, voilà qu’on lui crée une liaison avec un homme âgé et connu remontant à son arrivée à Washington pour alimenter les potins de la famille, et créer un peu d’humour. Cela fonctionne avant tout, car la complicité entre Sarah, Kevin et Justin est impeccable, et que rien ne réussit mieux à Rachel Griffiths que quand son personnage est plein d’entrain. Grâce aux interprètes et aux notes d’humeur, on sauve les meubles de cette liaison passée sans saveur – qui se mêle quand même au renouvellement des vœux du couple McCallister.

Rebecca et Justin n’auront pas de mariage – en tout cas pour le moment – laissant leur place pour ce retour à Robert et Kitty. Aidé par un bond de trois semaines dans le temps, les changements sont de mises pour l’adorable couple, que ce soit sur le plan privé et professionnel. Sans option maladie, ce qui n’est pas plus mal ! Les deux protagonistes vont devoir être relancés sur de nouvelles histoires, et ils ne sont pas les seuls dans ce cas. Brothers & Sisters a encore quelques intrigues dans son stock, mais pour beaucoup, c’est du neuf qui attend la famille et nous avec.

Avec : Amy Aquino, Peter Gerety

The Science Fair (4.12)

Sarah demande aux oncles de Paige d’aider cette dernière sur un projet de sciences. Justin pense arrêter l’école de médecine. Simon vient sonner à la porte de Nora.

Alors que le précédent épisode apportait une conclusion à la storyline du cancer, Kitty se fait absente pour celui-ci, qui va mettre un point final à ce qui fut bâti – avec un succès moindre – autour de Simon.

Dès les débuts, notre séduisant docteur en pinçant pour Nora avait été introduit avec une once de soupçon, et il faut être honnête, c’était une intrigue peu inspirée. Elle offrit quelques bons moments à la mère Walker, mais ne se révéla quasiment jamais captivante. Elle trouvera ainsi son grand moment dans sa conclusion, malgré le fait qu’elle fut prévisible jusqu’au bout.

Cette partie ne méritait pas d’être réellement développée, et l’épisode va réellement se concentrer sur toute autre chose, et en fait, sur un membre différent de la famille : Paige. Cela arrive que la fille de Sarah ait le droit à sa propre petite histoire – toujours liée au clan Walker. Il faut dire qu’elle grandit, et on ne peut pas la laisser complètement de côté. À cause de son âge, elle a eu le droit à un peu plus d’expositions que son frère.

Ainsi, tout s’articule autour de la construction d’un projet de sciences, qui va aussi, pour l’occasion, servir à Kevin dans sa course personnelle d’orgueil – son plus gros défaut, il n’y a pas à dire. On se demande combien de fois il va devoir apprendre la leçon, mais qu’importe, car on continue sur cette voie, en établissant quelques parallèles entre sa jeunesse et la conception du bébé qui est en route. Cela donnera par ailleurs une scène entre lui et Paige assez touchante et drôle, de même que l’acceptation de ses défauts face à un Scotty toujours indulgent est une nouvelle fois efficace.

Dans cette expérience remplie de citron et d’un robot danseur, Sarah va rencontrer un beau papa divorcé. Cela pourrait être presque anecdotique si ce dernier n’était pas incarné par le trop excellent Jay Karnes. Il faut dire que depuis Steven Weber, aucun prétendant pour Sarah ne lui arrivait à la cheville – ou pour être plus exact, aucun acteur n’avait suffisamment de charisme pour égaler le talent de Rachel Griffiths. Avec Jay Karnes, cela ne devrait franchement pas poser de problèmes, pour peu que du bon matériel leur soit fourni.

Entre deux projets scientifiques, les difficultés de Justin prennent une nouvelle tournure, mais cela est simplement introduit ici, et occupe trop peu de place pour réellement mesurer les retombées. Ce qui n’est pas le cas pour Holly, entrant de nouveau en contact avec Dennis York, et s’exerce tellement à faire comprendre à David qu’il y a quelque chose de vraiment louche qu’il faudrait franchement être sourd pour ne pas comprendre une partie de ce qu’elle essaie de nous dire. D’un autre côté, cette réorientation est plutôt inspirée, car la vendetta contre le père Walker sonnait comme une redite. Le fait que York puisse avoir un intérêt dans la compagnie différent de ce que l’on s’imaginait permet de donner un peu plus de volume à cette intrigue, en attendant qu’elle ne devienne réellement concrète.

Au final, The Science Fair est un épisode un peu trop calme et conventionnel pour la série, mais il possède de bons moments.

Avec : Jay Karnes, Jon Tenney, Ken Olin, Matthew Kimbrough, Peter Gerety, Michael Hyatt, Jamison Jones, Tanner Maguire