Sarah apprend que Saul est passé outre son autorité et a accepté l’accord que Graham proposait. Robert est convoité pour le poste de vice-président par son ancien opposant républicain dans la campagne présidentielle. Scotty a des problèmes financiers, et de couvertures sociales, mais refuse que Kevin s’en mêle. Rebecca a le résultat du test de paternité.

Nous apprenons la vérité sur Rebecca : comme dit dans les précédentes critiques, elle se révèle bien la fille de David, et non de William Walker. Seulement, elle ne veut pas de ce bouleversement. Elle déteste sa mère, alors que David ne sait quoi lui dire, il veut juste l’aider. La solution est alors simple : elle ment, fait croire à Justin qu’elle fait partie de sa famille, tandis que David plie bagage. L’histoire prend donc un virage assez dangereux, car, si l’idée était déjà assez prévisible, s’il faut passer sur l’incohérence du test de paternité qui aurait dû être fait depuis un an, le peu de panache qui restait à l’intrigue disparaît dans cet épisode. Au lieu de provoquer un séisme, elle garde la nouvelle pour elle, et ment. Une réaction assez ironique quand on songe au reproche qu’elle formule sur sa mère.

Robert et Kitty doivent faire face à Boyd Tayler, qui veut McCallister comme vice-président. Seulement, il a passé la campagne à le dénigrer. C’est un poste que veut Robert, alors que Kitty pense que c’est une mauvaise idée. Le couple s’oppose donc, et la question qui se pose à Kitty est de découvrir si elle n’est pas une barrière à la carrière de son mari. Ici aussi, il était plus qu’évident que Robert ne deviendrait pas vice-président. Mélange de ses ambitions et de l’avenir qui les attend, la situation suscite des doutes dans leur couple, et il s’agit plus d’une épreuve personnelle que professionnelle.

On reste dans un ton sérieux, et une intrigue qui aura mis du temps à voir le jour fait enfin son apparition : l’entreprise à fait une mauvaise affaire, elle n’a pas assez d’argent pour couvrir le trou bancaire.
L’idée est proposée par Graham. Il est question d’un accord, et Sarah va le refuser. Elle confie la tâche à Saul de dire à Graham qu’elle ne veut pas, mais ce dernier va aller à l’encontre de ses directives.
Après avoir enfin réalisé qu’il est temps pour elle de faire confiance aux personnes qui l’entourent, les deux hommes lui annoncent que l’entreprise avec qui ils ont signé vient de couler, si on peut le dire ainsi.
Ce type d’intrigue, on aurait pu l’avoir en saison 1. Il faut alors attendre la moitié de la seconde saison pour qu’elle fasse enfin surface. Pourquoi maintenant ? Mystère. La question est de savoir si l’entreprise familiale va pouvoir survivre. Cette partie pourrait se révéler intéressante et bouleverser un peu l’ordre établi si les scénaristes se décident à prendre quelques risques.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire