bsgcrossroadpt2.jpg
Alors qu’en est-il de ce final ? Je vois que vous êtes impatient. L’épisode fait 6 minutes de plus que d’habitude. Des minutes qui nous en disent plus que tout le reste de l’épisode. Ces petites minutes qui une fois de plus vous feront hurler. Pas seulement pour toutes les révélations, celles que l’ont connaissaient et les autres, mais aussi, car la suite n’est censée, sauf changement de programme, arriver en janvier prochain. L’art du Cliffhanger s’était oublié dans les méandres des networks américains. Aujourd’hui on ne réagit plus vraiment quand un personnage est sur le point de mourir, car souvent 30 secondes la saison suivante nous le sauverons. Trop de cliff ont tué le cliff. Mais allez savoir pourquoi, Battlestar redonne tout son sens, et toute sa gloire à ce principe scénaristique. Souvenez-vous le Pégasus VS. Le Galactica. Adama qui se fait tirer dessus par Sharon, L’invasion Cylon sur New Caprica, de grand moment qui nous ont fait hurler, exploser. Battlestar est une série qui ose et malgré la baisse de forme à la mi-saison, ce final vient nous rappeler au bon souvenir de cette gloire passée, mais tellement proche. Le début de saison d’une qualité exceptionnelle, qualifié par certains de chef d’œuvre, avait mis la barre vraiment trop haut. Impossible de suivre le niveau durant plus de 15 épisodes. Des erreurs, comme la mort de Kat complètement insignifiante ou le triangle amoureux sans saveur ni raison, ont poussé quelques critiques de mauvaise foi à vite retourner leur veste, c’est la loi du milieu, mais pourquoi abandonner si vite. Tout ceci va vite être oublié par la remontée qualitative des derniers épisodes, et peut-être que quelqu’un s’était rappelé la seconde saison qui avait eu les mêmes soucis. 20 épisodes, c’est peut-être trop. Les épisodes où les intrigues parallèles sur les personnages d’habitudes secondaires n’ont peut-être pas leur place sous cette forme. Peu importe au final, ce qui est fait est fait. Cette saison aura atteint les sommets, et la descente ne fut que temporaire, mais revenons sur ce dernier épisode.

Le procès de Baltar va servir à plusieurs choses, d’abord à redonner un avenir à ce merveilleux personnage qui s’était engouffré dans une voie sans issue, car oui, il va être libéré. La seconde chose est de permettre à Lee de parler et d’enfin se faire entendre. Un message qui va à la fois rappeler l’état de détresse dans lequel la flotte se trouve, mais également nous justifier toutes les entorses effectuées durant les précédentes saisons. Je parle bien entendu de toutes les excuses accordées à tout le monde sur le plan judiciaire : Le Chief et Helo excusé du meurtre d’un officié, Apollo excusé de sa mutinerie, et bien d’autres. Tous ont profité de passes-droit et d’excuses, sauf Baltar, car lui personne ne l’aime. C’est tellement vrai que ce dernier sera sauvé grâce à cela. Enfin, pour un temps peut-être, car beaucoup veulent sa mort. Mais comme le dit Romo, il va retomber sur ses pieds, il le fait toujours. Je crois que Baltar est celui dont l’instinct de survie est le plus fort.

Une fois tout ça terminé, Adama ordonne à Félix de partir vers la fameuse Nébuleuse qui les guidera à la Terre. Une fois sur place c’est le black-out. Toute la flotte s’éteint. Plus de moteurs, plus rien. Le chief, Tigh, Sam et sa copine, l’assistante de la présidente se retrouve alors à suivre la musique. Guidé par Bob Dylan (je le dit pour ceux qui chercheront où ils ont bien pu entendre ces paroles), ils vont alors en déduire qu’ils sont tous les 4 des Cylons et nous aussi on va le croire. Le colonel, fidèle à lui-même, nous donne un bon Frac et s’en retourne à ce qu’il est, ce qu’il a toujours été, un militaire qui doit faire son travail. Ils font tous de même, car c’est le moment où la flotte des Cylons décide d’apparaître. Toute la flotte est de nouveau en état de marche, le courant est revenu, mais le temps manque pour recharger et faire un saut. Les pilotes partent à l’attaque. Apollo remet l’uniforme et se joint aux autres, peu importe qu’il ait quitté son poste. Arrivé à ce moment-là, nous sommes déjà dans le temps supplémentaires. L’épisode devrait déjà être finit, mais la musique nous emmène dans les magnifiques nuages de la nébuleuse, au côté de Lee qui va alors tomber sur un Viper inconnu, mais piloté par ce qu’il croit être une hallucination, Starbuck, tout sourire, lui dit qu’elle a trouvé la Terre. La caméra recule fait demi-tour et zoom jusqu’à la planète bleue. Fin.

La Terre est à côté. Starbuck, Tigh, Sam, le Chief et l’assistante de la présidente seraient les fameux Final Five. La flotte est en position de faiblesse pouvant se faire décimer sans trop de résistance par les cylons. Et la suite en janvier.

Alors bien sûr, rien ne nous certifie que ce sont eux les vrais Final Five. Même les visions de Caprica Six ne nous le confirmeront pas. D’ailleurs, cette dernière se met à avoir des visions communes avec la présidente et Sharon, un mystère de plus à ajouter à la liste. Une chose est certaine c’est que l’attente va être longue, et espérons qu’elle sera bien récompensée.

Pour ceux qui ont raté quelques choses cette année, Sci-Fi France commence la diffusion le mois prochain, et les DVDs ne tarderont sûrement pas trop à faire leurs apparitions, enfin dans quelques mois. Vous pouvez aussi retrouver toutes les critiques de la saison à droite dans le menu catégorie que nous avons un peu réorganisé.