Burn Notice
Pas très enclin à créer une nouvelle catégorie lors du lancement de la série, je me rattrape enfin. En fait, Si je me décide à parler de Burn Notice, c’est qu’ici à Critictoo, on innove en permanence. Je viens de mettre en place les « Critiques Express » qui apparaîtront dans la sidebar. En gros, des critiques rapides, assez courtes, histoire de dire 2 mots d’un film ou d’une série, car il faut être honnête, il arrive souvent qu’il n’y ait pas grand-chose à dire.

Donc, sans ce nouveau type de critiques, je me serais abstenu de vous parler de Burn Notice. Malgré son côté sympathique, il n’y a pas grand-chose à en dire. Mais commençons par le commencement, quel est le sujet de cette nouvelle série USA Network ?

Pour répondre, allons faire un tour chez allociné, car oui, je suis faignant :

« Lorsqu’un agent secret est viré, il ne reçoit pas une lettre des ressources humaines, mais une « Burn Notice ». Sans en connaître la raison, l’ex-espion Michael Weston en a été victime et le gouvernement en a fait un indésirable. Aidé de son ex-petite amie et de son ancien partenaire, Michael cherche à savoir pourquoi il a été mis sur la touche, pourquoi il a été ainsi éliminé. Pour parvenir à ses fins, il ne peut employer les méthodes habituelles et doit éviter à tout prix d’attirer l’attention de ses anciens collègues espions. Afin de financer son enquête personnelle, il propose ses services à ceux que la police ne peut pas, ou ne veut pas, aider… »

À l’heure actuelle, j’ai vu les 3 premiers épisodes, alors voici ce que j’en ai retiré. Tout d’abord, le principal atout de la série est son héros, ou disons plutôt, son interprète, Jeffrey Donovan. Mais il n’est pas seul, à ses côtés on retrouve Bruce Campbell, légende du cinéma de genre, et vénéré par un bon tas de geeks, l’acteur est toujours aussi excellent. Gabrielle Anwar, c’est Fiona, l’ex de Michael qui aime avant tout faire exploser des choses. L’actrice britannique va lâcher son accent de pilier de bar irlandais une fois passé le pilote, et c’est une bonne chose. Finissons par Sharon Gless (Cagney dans Cagney & Lacey) qui joue la mère hypocondriaque de Michael.

Michael cherche à savoir pourquoi il s’est retrouvé éjecté de la sorte, mais il est donc fauché et le voilà donc transformé en Hannibal Smith pour pouvoir rentrer dans ses fonds. La référence n’est pas anodine, car comme dans la série des 80’s, Burn Notice nous présente chaque semaine notre agent secret et ses amis aidant quelqu’un de plus ou moins démuni. On n’est pas non plus dans la caricature, tous les petits conseils que divulgue Michael en voix off peuvent être très utiles. Par exemple, pour un espion, se casser la main dans une bagarre ce n’est pas pratique pour le boulot, se battre dans une salle de bains, des toilettes publiques, c’est pratique, car il y a pas mal de choses pour frapper ses adversaires. Des bons conseils comme ça, il y en a plein durant les épisodes, comment fabriquer un micro avec deux téléphones, une alarme avec détecteur de mouvement pour pas cher,…

En trois épisodes, les intrigues sont restées sympathiques, mais pas franchement révolutionnaires. Ceci expliquant pourquoi les critiques express se prêtent bien à la série, car voilà ce que je dirais du dernier épisode :

Un épisode supérieur aux deux précédents mettant Michael face à des Bad Guys un peu plus de son calibre. Il commence a y avoir une bonne alchimie entre les personnages, Fiona est moins exubérante, mais Sam un peu trop en retrait. La relation déjà évoquée entre Michael et son père devient plus claire, donnant un peu plus de profondeur au personnage. Oh, et il a une voiture maintenant !

Bien sure, je pourrais dire qu’il y a Dedee Pfeiffer en guest, mais je ne trouverais sûrement pas de quoi étendre plus que ça mon texte, aussi passionnant que sa lecture soit, je ne vais pas inventer pour rien. Si tout de fois un épisode mérite plus d’attention, ne vous inquiétez par, je n’hésiterai pas à vous faire un long rapport bien détaillé.

Le concept des « Critiques Express » va dès maintenant s’étendre à l’ensemble du site, vous voilà prévenu, il faut lire la colonne de droite !

Je vous reparle de Burn Notice dès la semaine prochaine.