burn notice - Saison 2

Michael Westen cherche toujours qui a mis une Burn Notice sur lui…

Après une saison 1 sympathique par moment, décevante dans d’autres, offrant un résultat mitigé, nous revenons avec une saison 2, car Burn Notice possède un charme certain, qui était jusque-là, pour beaucoup, sous-exploité. Les 16 nouveaux épisodes délivrés vont justifier la confiance que l’on a mise dans la série, et faire qu’on ne regrettera pas d’être revenu.

Michael Westen (Jeffrey Donovan) est donc toujours en quête de vérité : qui l’a burné et pourquoi ? Sur sa route, deux pions majeurs vont être placés : Carla (Tricia Helfer), qui va servir de catalyseur à l’intrigue pour la première partie, et Victor (Michael Shanks), élément perturbateur pour la seconde moitié. Tous deux au fond seront sous-exploités, ou mal utilisés, et on pourra même dire de trop à l’occasion. L’étalage sur la saison va fortement pénaliser Carla, qui, dans les 6 derniers épisodes, sera comme un poisson hors de l’eau. Cela trouvera un peu plus de sens avec la fin explosive qui nous attend, mais malheureusement, n’atténuera aucunement le fait que certaines scènes étaient plus que dispensables, et s’intégraient mal dans l’intrigue.

L’équipe de Matt Nix a donc instauré un schéma bien précis : un client, une mission, et un développement aux comptes- gouttes pour l’intrigue générale. Si au cours de la saison 1, nous avions eu pas mal de missions peu captivantes, cette saison va réparer assez bien ce travers. Sur l’ensemble, tout ne sera pas maitrisé, mais il y a une réelle évolution, et tout le monde y trouve son compte. La famille de Michael sera moins mise en avant, alors que Sam (Bruce Campbell), ex-espion, aura le droit d’être bien plus exploité, pour le plus grand bénéfice de la série. L’équilibre sera plus difficile avec Fiona (Gabrielle Anwar), le personnage étant excellent dans son domaine (l’armement et les explosifs), mais ne trouvant pas toujours sa place quand il s’agit de jouer sur les sentiments quand on aborde sa relation avec Michael. On aura d’ailleurs un peu tourné en rond durant la saison, jouant temporairement au chat et à la souris, pour instaurer une sorte de non-dit à la fin plutôt bénéfique aux deux protagonistes.

Ainsi, quand Michael n’aide pas un client (ce qui lui aura fait croiser la route de Jay Karnes, Dina Meyer, Alex Carter, Mark Sheppard, Joel Gretsh, M.C. Gainey, Marla Sokoloff, Sticky Fingaz et Stacy Haiduk), il tente de résoudre le mystère de sa burn notice. Une sensation plus ou moins de surplace viendra s’installer, car, si des défauts inhérents à la série ont été fortement corrigés au long de ce second volet, une chose est toujours présente : c’est en bout de course que l’on nous délivre des réponses, et aucun épisode ne nous informera plus que le season finale, explosif et alléchant, fidèle à l’esprit de Burn Notice, qui, derrière le soleil de Miami et le sourire de Michael, cache une réalité froide et pessimiste, participant sans aucun doute à rendre la série de bien meilleur calibre.

On termine sur une fin qui change la donne, mais à quel degré, nous n’en avons pas encore idée. Manifestement, Burn Notice est une série, qui, malgré ses erreurs de parcours, en a dans le ventre, et a encore sûrement pas mal à révéler. Pour une saison 3, assurément.

Pour en savoir plus sur la série, vous pouvez lire tous nos billets, critiques et articles sur .

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire