Burn Notice - Shot In The Dark (3.07)

Suite à une effraction chez Fi réalisé par un gamin, Michael l’aide à se débarrasser de son beau-père, pour éviter que ce dernier obtienne la garde des enfants de la famille. Pendant ce temps, Strickler fait une offre à Michael pouvant lui offrir la possibilité de retrouver sa place de bon citoyen, tout en exerçant son ancien métier.

Comme souvent dans Burn Notice, la façon dont le client est introduit est très Old School, et cette semaine ne va pas contredire ce fait, à tel point qu’on va finir par se demander comment il finance les yaourts – concept un peu trop mis en avant dans cet épisode. Pas d’argent à la fin de cette mission qui consiste à aider une famille dont le beau-père était violent et fait tout pour récupérer la garde des enfants. La difficulté est que l’homme sert de couverture à son frère, dont, vous l’avez deviné, les activités ne sont pas très légales.

Jay Harrington joue donc le beau-père, qui va se retrouver menacé de mort par l’équipe de Michael. Une mise en scène dynamique, manquant un peu d’explosion, mais qui possède assez de fusillades, le meilleur revenant sans conteste à Sam et Fiona pour leur petit numéro de tueurs/nettoyeurs professionnels.

Ce qui est légèrement dommage, c’est que l’histoire est en définitive assez simple et les retournements on ne peut plus prévisible. C’est divertissant et l’épisode défile vite, mais on voit aussi émerger des idées qui auraient pu être exploité, comme le personnage du frère, incarné par Nicholas Lea, qui fait quelque peu figuration, et ne trouve utilité que sur la toute fin, et c’est plus histoire de dire, car c’était tout à fait dispensable. C’est alors se donner beaucoup de mal dans le background du personnage, pour ne quasiment pas exploiter la dualité des deux frères qui nous était présentée au début de l’épisode.

Notre « agent pour espion », Stricker, s’est quant à lui installé dans le paysage, de la même façon que tous les personnages secondaires de la série le font. Un peu au début, un peu à la fin, et le tour est joué. On fait moins de surplace qu’avec la détective Paxson, car Michael va répondre positivement à son offre. De quoi donner le jour à deux ou trois intrigues d’épisodes.

« Shot In The Dark » assure donc sans trop de difficulté le divertissement que l’on attend, avec le principal défaut d’être finalement un peu trop simpliste dans sa mise en scène.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire