Californication - Saison 3

Alors que son livre sur Lew Ashby ne trouve pas d’éditeur, Hank se voit proposer un travail d’enseignant à l’université. Becca est en pleine crise d’adolescence et l’absence de Karen n’arrange rien. Pendant ce temps, Charlie tente de sauver son mariage tout en subissant le harcèlement de sa nouvelle patronne.

Après une saison un peu folle dans le monde du Rock’n Roll, Hank Moody se plonge dans celui de l’université. L’idée de Tom Kapinos, créateur de la série, est de replacer son écrivain en manque d’inspiration là où il n’est clairement pas la norme, car avec Lew Ashby, il était presque devenu le garant d’une certaine morale. Inquiétant.

Bref, Karen est à New York et rien n’a changé, toutes les femmes sont folles d’Hank et cela ne cesse de le mettre dans les pires situations imaginables, surtout avec Becca qui se rebelle contre lui et le peu d’autorité qu’il représente.

Avec l’université et le job de prof, Hank se retrouve donc dans le rôle de l’outsider. Il doit composer avec le dean Koonts, figure autoritaire qui n’a pas vraiment d’autorité, car il est toujours contré par sa femme Felicia. Celle-ci voit en Hank une sorte de compagnon de jeu qu’elle pense pouvoir facilement utiliser. Il faut dire qu’il n’est pas vraiment résistant, mais son plateau est déjà plein avec Jill son assistante et Jackie, l’étudiante strip-teaseuse.

On pourrait presque croire que les auteurs du show nous viennent de Rescue Me tellement toutes les femmes sont folles cette année. Hank ne doit pas être la norme, mais ce mot n’a guère de sens dans cette Californie là, et c’était d’ailleurs le cas dès le commencement de la série.

Hank doit alors trouver l’équilibre entre ce qu’il veut et… on cherche encore, car il a beau penser à sa fille, elle finit toujours par sortir de son esprit pour finir blessée par son père irresponsable. C’est dès lors un soulagement de revoir Karen. Cette dernière servira à tenter de rééquilibrer la saison, mais il semble que c’est un peu tard et que les storylines sont irrémédiablement vidées de leur potentiel de départ. La répétition devient donc la règle et les histoires s’étirent en longueur.

À côté de ça, chez les Runkle, c’est la crise. Marcy ne veut plus de son mari, et lui désire reconquérir sa femme. Anciens dépositaires du maintien du mauvais gout extrême dans la série, le couple va se révéler porteur d’une sensibilité inattendue. Cela n’est pourtant pas aidé par la monumentale Sue Collini. Kathleen Turner joue ici la patronne de Charlie et c’est un personnage dans la pure tradition de Californication avec sa sexualité exacerbée et son langage à choquer Hank Moody. En tout cas, après quelques déconvenues, elle s’impose et chacune de ses apparitions devient un rayon de soleil pour Charlie qui a trouvé un partenaire pour laisser exprimer son potentiel, nous rappelant par la même occasion les délires dont la série est capable.

Cette saison n’est donc pas complètement perdue et possède même de grands moments, tout comme elle peut encore se révéler touchante. Certes, cela ne sera pas dominant à cause de tous les allers-retours inutiles du scénario et du manque d’intérêt général de la majorité des nouveaux personnages, mais tout n’est pas perdu, comme nous le montre l’ultime épisode de la saison. Celui-ci n’a strictement rien à voir avec les autres, servant avant tout d’introduction pour la suite, il va mettre Hank face à sa plus grosse erreur. Le message est clair : l’année prochaine, Hank doit finalement assumer les conséquences de ses actes. Cette saison était donc un entracte, une façon de lui permettre de s’égarer encore un peu avant de devoir se responsabiliser. Une perspective un peu effrayante, car totalement antagoniste avec la définition même de ce qu’est Hank Moody, mais Californication a probablement besoin d’être bousculée.

Quoi qu’il en soit, cette saison 3 s’est éloignée plus que de raison de l’esprit grunge qui définissait la précédente, tout comme elle a perdu son doux romantisme. Il reste les excès et l’absence de limites, mais pas vraiment de direction. C’est trop peu et compter sur les personnages secondaires n’est pas suffisant pour compenser, bien au contraire.

La saison 3 de Californication est disponible en DVD.