Hank qui attend les résultats de sa biopsie, replonge dans son passé en se souvenant des débuts de sa relation avec Karen…

C’est assez logiquement que l’on retrouve Hank en consultation dans ce qui aurait pu être un épisode excellent au niveau de son déroulement, vu la fin de la semaine dernière, mais qui va finalement se contenter d’être un simple aller retours entre attente stressée de Hank et flashback sur son passé avec Karen, sans réellement imposer une atmosphère dramatique.

Entre le suicide de Kurt Kobain leader du groupe Nirvana à qui le titre de l’épisode rend hommage (In Utero étant un album du groupe phare de la période Grunge des années 90), l’annonce de la grossesse de Karen, et l’écriture du livre qui allait le rendre célèbre, on assiste  avec tristesse à l’impuissance des scénaristes à nous offrir autre chose de mieux que les scènes habituellement proposées dans chaque épisode de cette seconde saison, même s’ils nous confirment que les rapports entre les deux personnages n’était déjà pas si simple dès le début de leur relation.

Deux appararitions aussi brèves que les coïts de Charlie de Becca, une bagarre digne de deux enfants d’école maternelle entre Hank et Lew, la relation entre Charlie et Daisie qui avance tout doucettement vers ce que l’on imagine déjà, c’est à dire la séparation probable avec Marcy, et l’on assiste à des scènes qui sans interférer avec l’inquiétude de Hank face à ce qui pourrait être une simple inflammation mais également un cancer, font perdrent le peu de son intensité à cette histoire de biospie.

Et c’est donc grâce à sa durée, comme depuis quelques temps déjà, que  l’épisode est sauvé. Vingt six minutes qui permettent d’éviter de zapper avant la fin, et de découvrir que notre écrivain pourra très bientôt allonger sa liste de conquêtes, malgré la belle déclaration d’amour offerte à sa presque ( et très bientôt à nouveau ex) compagne, en guise de conclusion.

De là à dire que c’est une bonne nouvelle pour tout le monde, c’est à vous de juger…

avatarUn article de .
1 commentaire