Hank Moody est de retour pour le meilleur et surtout pour le pire, enfin pour lui..

Hank se réveille au son de The Mamas and the Papas et de leur cultissime California Dreamin’. Mais Hank n’a pas rêvé et Karen est bel et bien près de lui, dans leur toute nouvelle vie de couple. La fin totalement cheap de la saison 1 n’était donc pas une blague, ou les effets de psychotropes ingurgités par l’anti héros salué par les critiques et le public l’année dernière. Exit Hank le maudit, bienvenue à Hank le gentil, qui ne fume plus, boit nettement moins, et ne va plus tremper sa plume (il est quand même à la base écrivain) n’importe où. Entre vasectomie et soirées chaudes, il ne va pas réussir pourtant à éviter quelques boulettes dont il a le secret, et qui comme auparavant vont le mettre dans des situations fort embarrassantes.

Pas de nouvelles pour l’instant de l’ex mari de Karen, ni de révélations sur ce qui s’est passé juste après la cérémonie de mariage. Retours discret également de Mia qui organise des parties hot en l’absence de son père, de Charlie et Marcy toujours quelque peu borderline, de Rebecca qui accepte mal le déménagement envisagé par ses parents, et de deux ex aventures d’un soir de Hank, simplement là pour lui rappeler que la tentation est grande, et qu’il sera difficile de résister, comme si le destin s’acharnait à lui rappeler son passé de dépravé.

On a même droit à la première scène « sex » de la saison, parfaitement inutile mais qui permet d’assister par la suite à un Moody Show des grands jours. Ce premier épisode n’ étant d’ailleurs réellement centré que sur Hank.

Un rentrée plutôt réussie donc, dans la même vaine de ce qui fit le succès de la première saison, c’est à dire succession de dialogues crus et de scènes plus ou moins chocs, mais qui réussit pour l’instant à faire passer la pilule relativement amère concernant le couple recomposé de Hank et Karen. La seule vraie question étant, jusqu’à quand?…

Cette critique a initialement été publiée le 10 septembre 2008

avatarUn article de .
1 commentaire