C’est l’heure de se rendre à son procès pour Hank et, bien qu’effrayé par ce qui pourrait lui arriver, il n’était pas préparé à ce qui va lui arriver.

Hank : I look like a fucking FBI agent.

La troisième saison s’est conclue avec une promesse implicite : Hank va devoir faire face à ses erreurs. Il est donc venu le temps de concrétiser cela sur le plan juridique. On nous parle du procès depuis le season premiere, il aurait pu arriver un peu plus tôt, mais il fallait avant cela redonner à Hank ce qu’il avait perdu pour pouvoir menacer une fois de plus de tout lui enlever. C’est bon pour l’aspect dramatique.

Cela dit, l’épisode ne va pas trop jouer la carte du drame, c’est plutôt l’opposé. Le procès va être en majorité constitué de scènes qui nous ramènent au début de la série. Il ne s’agit pas d’un traditionnel épisode flashback qui se contenterait de remixer quelques extraits d’épisodes de la saison 1, bien au contraire, car nous allons avoir droit à de l’inédit. On retrouve donc quelques bouts d’histoires du début de la série, comme les problèmes avec Todd Carr, le réalisateur de A Crazy Little Thing Called Love, mais surtout, c’est le retour de Bill et il a quelques révélations qui vont tout changer, enfin, au niveau de la défense d’Hank.

Quel meilleur moyen de mettre Hank face à ses erreurs que de passer un épisode à bien les étaler ? Trop d’alcool, un caractère qui le pousse à vouloir se venger, et une tendance à ne pas trop réfléchir avant d’agir ; une recette explosive qui nous délivre de bons morceaux de comédie depuis le début, mais qui ne cesse d’entrainer Hank dans les ennuis. Il n’y avait pas vraiment besoin d’un procès pour le faire remarquer, mais cela s’inscrit comme une étape désormais logique sur la route d’Hank (et de Charlie).

En parallèle : rien. Le reste des histoires de la saison se retrouve mis entre parenthèses, ce qui n’est pas une mauvaise chose.

Au final, même quand il se voit confronter à la dure réalité des conséquences de son style de vie, Hank parvient à nous faire rire. Il faut dire que tant que le jugement ne sera pas rendu, rien n’aura officiellement changé, alors autant ne pas jouer la carte du drama trop tôt. The Trial a le mérite d’être plus pertinent que les précédents épisodes et semble se présenter comme la dernière zone de détente avant la fin. La conclusion de la saison s’annonce primordiale pour la série en général, car elle a besoin de trouver le moyen de se recentrer et de retrouver l’énergie qu’elle avait au début – comme tous les « flashbacks » nous l’ont ici rappelé.