Le mariage de Leontes et Guinevere approche. Après l’attaque du village de la jeune femme, sa famille trouve refuge à Camelot, où Merlin propose de célébrer l’évènement. Morgan invite son frère pour un diner, alors que Kay et Leontes partent à la rencontrer d’un guerrier pour le recruter.

Comme le titre de l’épisode fait plus que le suggérer, vous l’avez deviné, Guinevere occupe un rôle d’importance. Ce n’est pas ce qui pouvait arriver de mieux à ce stade de la série, la jeune femme ne servant à l’heure actuelle que la partie romantique de Camelot – qui peine à se montrer intéressante.

Les émois d’Arthur sont loin d’être palpitants, au contraire, et on ne peut pas dire que les hésitations et sursauts du couple se révèlent accrocheurs. S’il apparaît évident que l’équipe créatrice compte bien jouer avec ce qui est inscrit dans le patrimoine collectif sur la légende, et ainsi sur la construction amoureuse, il aurait été judicieux de prendre plus de temps pour que les dilemmes romantiques de Guinevere puissent s’épaissir, ainsi que les prétendants, Arthur et Leontes. Il manque de la dimension aux sentiments que l’on doit accepter, mais qui s’expriment sans aucun artifice, ni une once de profondeur.

Ce qui lie Merlin à Morgan se montre heureusement à la fois plus poussé, tordu et mystérieux. La magie continue de se dévoiler à travers les actions de la sœur d’Arthur, dont les méthodes sont à la fois dangereuses et subtiles. Son plan d’attaque ne nous est pas exposé, car comme elle le signale, elle sait être patiente, et c’est exactement ce qui en ressort. Pas de précipitation, une belle orchestration, en même temps que Merlin persiste à vouloir lui faire réaliser qu’elle joue avec des forces dont elle n’a pas idée du pouvoir et des conséquences. Morgan nous entraine en tout cas dans des voies magiques troubles qui sont, sans trop de difficultés, plus alléchantes qu’un mariage à Camelot.

Avant la célébration, Leontes prend quand même le temps de partir avec Kay pour recruter Gawain – ce qui se fait en quelques scènes. Il n’y a pas besoin de plus pour que cette partie remplisse son but, si ce n’est peut-être nous exposer une nouvelle fois le potentiel peu exploité du frère d’Arthur, un personnage qui aurait bien des choses à dire, mais sur lequel la série ne s’arrête quasiment pas. Pour Gawain, il faut attendre la suite pour voir ce que le personnage vaut.

Enfin, ce nouvel épisode de Camelot continue dans la direction que ces deux précédents avaient amorcé, avec Morgan et Merlin maintenant l’intérêt, tandis qu’Arthur continue de doucement s’enfoncer (la romance n’aide pas le personnage et Jamie Campbell Bower n’est pas des plus inspirés). Un défaut qu’il serait bon ton de corriger.