Morgan a pris la place d’Igraine et s’aventure impunément dans les couloirs de Camelot. Alors qu’elle passe du temps avec Merlin, Arthur et ses chevaliers partent chasser.

Le précédent épisode s’était conclu avec l’idée la plus intéressante de la saison jusqu’à présent. Il fallait dès lors l’exploiter judicieusement pour ne rien gâcher. Vu le passif du show, ce n’était pas gagner d’avance.

Morgan a donc pris l’apparence d’Igraine et s’immisce dans la vie de Merlin et des habitants de Camelot. Pendant ce temps, la véritable Igraine est bien entendu enchaînée dans une prison du château Pendragon, ne sachant pas pourquoi.

Quelle est la finalité de cette infiltration ? Cela va tarder à être révélé, mais il semble que les scénaristes étaient tout particulièrement décidés à offrir à Morgan la possibilité de voir ce à quoi elle pourrait participer. La bonté qui se trouve à Camelot s’opposant à la noirceur de Pendragon, Morgan pourrait être tentée de changer de bord, même s’il serait difficile d’excuser ce qu’elle a fait à sa belle-mère. Quoi qu‘il en soit, il devient assez rapidement évident qu’il est surtout question de gagner du temps. La série a prouvé jusque-là qu’elle n’était pas pressée pour accomplir quoi que ce soit, et ça ne va pas être différent pour l’occasion.

L’inévitable se produira, mais il faut être patient et apprécier les déambulations de Morgan/Igraine à Camelot qui sont entrecoupées par des passages où elle essaie de séduire Merlin. Si Arthur réalisait quelque chose de concret à côté de ça, le rythme ne serait pas gênant, mais puisque le Roi se contente de partir à la chasse, il n’y a pas de quoi compenser.

D’ailleurs, il semble désormais que la seule chose qui sera utilisée cette saison au niveau du développement d’Arthur est sa relation avec Guinevere, et rien d’autre. Il est pour ainsi dire trop tard pour que de véritables enjeux soient introduits et rien dans cet épisode ne parvient à suggérer que le point culminant de toute l’histoire sera autre chose qu’une confrontation entre Leontes et son Roi, ce qui n’est pas réellement une perspective enthousiasmante, ni pleine de potentiel.

Arthur étant condamné à rester anecdotique, Merlin et Morgan doivent compenser et ils le font de manière plutôt mitigée ici. Pratiquement tout ce qui se produit est bien trop téléphoné et cela devient presque douloureux de regarder Merlin tomber dans le panneau sans se douter de quoi que ce soit – même quand la femme qui est en face de lui semble légèrement perdue dans sa propre vie. Il faut croire que le magicien est consommé par la solitude au point où il préfère se voiler la face pour ne pas passer à côté de ce qu’il désirait véritablement. Et puis, comme ça, une fois que la vérité éclatera, il aura une bonne raison de s’en vouloir et de s’énerver.

Au final, Igraine est un épisode qui fait du sur-place pendant un long moment. Il est question d’introduire les évènements qui vont nous entrainer à la conclusion de la saison. En attendant, Claire Forlani nous délivre une excellente performance, offrant deux personnages aussi semblables que différents, et canalisant le jeu d’Eva Green pour donner à sa Morgan une pointe d’authenticité. Dommage que sa prestation ne soit pas utilisée de manière plus pertinente, c’est presque qualifiable de gâchis.