Daniel et Amanda tentent d’entre en contact avec leur fille, peu encline à se laisser faire. Les plans de Clarice sont bousculés suite aux actions d’Amanda, poussée par Duram. Les Adama sont menacés par le Guatrau. Sur Gemenon, Lucy continue son entrainement et va découvrir qu’elle peut contrôler les robots.

Après un long rappel, The Heavens Will Rise (1.16) aura le mérite de jouer avec tous ses personnages. À ce stade de la série, il parait bien fort compliqué de retenir ces personnages, et tous ayant clairement un but, il faut les pousser dans cette direction.

Pour le coup, les développements psychologiques se font moindres, ce qui n’est pas plus mal (l’adultère de Joseph étant on ne peut plus inutile), passant à la trappe au profit de l’évolution d’une intrigue qui a encore quelques mises en place à faire.

Cela n’empêche pas Lacy de faire les deux à la fois, affirmant son caractère et suivant une voie qui se présente dangereuse pour son existence (ou la transformer en leader). Son intervention pour sauver la vie d’un homme nous révèle sa capacité du contrôle des Cylons, donnant par la même occasion à ces derniers une véritable place dans l’histoire – et plus de poids à ce qui se passe à Gemenon.

Les Graystone sont quant à eux déterminés à rentrer en contact avec Zoe, qui n’a encore rien pardonné et se comporte comme la gamine insupportable qui aura animé avec beaucoup de passion (et rarement d’amour) le début de la série. Si Daniel a fait du chemin et quasiment amende honorable, on ne peut pas en dire autant de sa fille, qui a définitivement un effet néfaste, transformant Tamara en simple sous-fifre quasi inutile. La fille Adama mérite bien mieux, elle aurait mérité bien mieux tout du long, mais elle ne semble avoir été au pire qu’un dommage collatéral, au mieux un rouage scénaristique au service d’autrui, mais quasiment jamais d’elle-même.

Qu’il s’agisse de Zoe ou de sa famille, c’est le rôle qu’elle remplit, Daniel l’utilisant pour pousser Sam à l’aider dans le but d’avoir accès à sa fille. Daniel veut retrouver sa famille, et il faut lui reconnaître de jouer cartes sur table avec Amanda, donnant clairement un poids important à leurs interactions.

Si le précédent épisode pouvait par ailleurs laisser craindre une enquête policière envoyé aux orties, Duram n’avait pas encore dit son dernier mot, décidé à poursuivre sans soutien. Il fait emprunter une route dangereuse à Amanda, et dont les conséquences le conduisent sur un lit d’hôpital. Le mystère du tireur reste entier, alors que la famille de Clarice est sur le pied levé, entre son plan à mettre à l’action et la nécessité vitale de mettre la main sur son holoband.

Here Be Dragons (1.17) continue sur la lancée du précédent épisode, et il faut ainsi reconnaître que ses deux épisodes se montrent assez bien rythmés. Dommage que cela arrive si tardivement dans la série – mais aussi proche de la fin, ce n’est pas non plus surprenant que cela s’accélère.

Quoi qu’il en soit, le danger se fait sentir de tous les côtés et pour quasiment tout le monde. Zoe ne veut pas de ses parents dans le V-World, le Guatrau veut l’élimination des frères Adama, Clarice et ses deux maris cherchent à atteindre les Graystone dans leur demeure. L’épisode joue sur tous les fronts pour instaurer une réelle pression, qui, si elle ne prend pas dans toutes les situations, se montre majoritairement concluante, et parvient même à surprendre dans sa scène finale.

Pour le coup, nous passons d’une intrigue à une autre sans trop de difficultés, où la partie avec Lacy se montre la moins percutante, la direction empruntée par le personnage dans le précédent épisode n’étant finalement que confirmée et affirmée ici. Il n’empêche, à l’image du reste des intrigues, nous atteignons un point de non-retour, les progressions étant vraiment palpables et les personnages suivant chacun alors des directions précises et importantes.

Ainsi, si Lacy prend le contrôle des Cylons sur Gemenon, la famille Graystone est sur le point de se reconstituer et de se diriger vers une évolution majeure, celle qui pourra fournir un corps humain à Zoe. On peut largement supposer que ce travail aurait animé la seconde saison pour Daniel et sa fille (il ne va pas donner le jour au corps en un épisode !).

Dans la même veine, les derniers évènements autour des Adama laissent plus qu’entrevoir les premiers pas de Joseph dans la bonne direction, vers un chemin moins corrompu pour devenir l’homme que l’on sait qu’il va être. La mise en danger de sa famille et sa séparation d’avec le Guatrau est sans doute possible le premier pas officiel dans cette voie.

Caprica s’approche de la fin de sa série, moment qu’elle choisit pour se montrer riche en évènements. Tout est donc clairement mis en place pour le bouquet final. Si, à l’image de la série, il n’y a clairement pas une maitrise parfaite des storylines et de leur progression, nous avons le droit à deux épisodes parvenant à réellement imposer une tension et donner le jour à de véritables évolutions majeures pour l’histoire.