Amanda s’inquiète pour sa santé mentale tandis que Daniel et Joseph se rapprochent tous deux de leurs filles respectives.

Caprica s’approche dangereusement de la fin de sa première partie. Après The Imperfections of Memory, il ne reste plus que deux épisodes et la série sera mise en pause pour un long moment. En toute logique, nous devrions voir se construire une histoire suffisamment solide pour réellement donner envie de revenir, mais cet épisode, comme beaucoup trop dans cette première partie de saison est rempli de prémices plus que de véritables développements et progressions.

Difficile de ne pas aborder de cette façon la première plongée dans le V-World de Joseph Adama. Lui et moi partageons une chose en commun : il me tarde de revoir Tamara. Sans véritable surprise, ce ne sera pas dans cet épisode, qui est avant tout là pour mettre une pression sur les épaules du père, plongé au cœur de Cap City et devant découvrir cet univers. On commence par lui annoncer la couleur : tué dans le jeu, il ne pourra plus revenir. J’avoue ne pas me rappeler si cette règle fut fournie dans le passé, mais elle nous est tellement répétée au sein de cet épisode que cela en est agaçant. Enfin, Joseph ne va bien évidemment pas retrouver sa fille par miracle, mais va faire la connaissance d’Emmanuelle qui sait des choses que ni Adama, ni le spectateur ne savent. En tout cas, c’est l’impression que cela donne, et ce n’est pas fait avec la plus grande subtilité.

Peut-être, cela serait moins frustrant et la sensation de piétinement se ferait moins persistante, si pendant ce temps-là, des évènements concrets se déroulaient. Mais, au lieu de cela, Amanda Graystone pète un câble, voyant son frère mort, et elle va avoir besoin de consommer quelques substances pour révéler à Sister Clarice que ce n’est pas la première fois et qu’elle a déjà passé un long séjour dans un hôpital psychiatrique à cause de cela. Bien sûr, cela nous offre l’opportunité de voir Amanda Graystone sous un jour différent, mais la mise en scène est suffisamment explicite pour nous faire comprendre que cette information est surtout là pour toucher Sister Clarice. Seulement, l’absence de réaction de cette dernière nous empêche de savoir quel est le véritable impact de cette révélation sur ses plans, elle qui était jusque là persuadée que Dieu parlait à Amanda comme il était aussi en contact avec Zoe. Où allons-nous ? Bonne question !

Cela n’aura peut-être aucun impact sur les plans de Sister Clarice, dont la relation avec Zoe n’a toujours pas été explicitée. Pourtant, elles semblent toutes deux avoir quelques idées similaires, et des techniques immorales pour y parvenir. Zoe manipule sa meilleure amie (qui se met à faire la même chose avec Keon) et Philo pour obtenir ce qu’elle veut. Le seul intérêt de tout ceci est que cela entraine Daniel Graystone sur la bonne piste et surtout à découvrir où est sa fille.

The Imperfections of Memory est donc clairement imparfait, jouant avant tous avec les démons de ses personnages, mais n’ayant toujours pas pris le temps d’expliciter convenablement une partie des lignes directrices – ou en tout cas de les rendre au moins intéressantes, Sister Clarice détenant la palme de celle dont on oublie les motivations.