Cashmere Mafia – Pilot (1.01)
Mia, Zoe, Juliet et Caitlin sont quatre amies de longue date. Elles tentent d’équilibrer leur vie professionnelle très prenante et leur vie personnelle complexe, dans la ville qui ne dort jamais. Elles se soutiennent mutuellement contre le club des hommes et les jalousies des femmes. Après tout, le meilleur dans un le triomphe, c’est de le partager avec ses copines !

Encore une histoire avec des femmes dotées de bonnes situations, en couple ou non, qui vont devoir affronter différentes situations, dû en partie à leur haute position sociale.
L’intérêt est assez restreint. Ici, on retrouve les mêmes idées que la concurrente de la saison, Lipstick Jungle et aucune des deux n’est capables d’arriver à la cheville de Sex & The City, ne serait-ce rien que par les portraits de femmes réalisées dans la série.
Que dire de plus ? En fait, c’est plat, tellement plat, que je ne sais quoi écrire. C’est bon pour le public féminin, qui, désespéré, se retrouve devant. Rien d’autres à voir à cette heure-là, et l’envie de rien faire, on se retrouve parfois devant des trucs pas terribles. Enfin, pas moi, j’ai trop de trucs à voir pour ça, mais j’en connais pleins qui ont la sale manie de perdre leur temps devant leur télé. Voilà à quoi sert exactement Cashmere Mafia, à boucher convenablement un trou.
Oui, car je n’ai rien contre les actrices, toutes charmantes et jolies. Bon, je dois dire que je n’ai pas franchement aimé la robe de Caitlin à la fin, la noire. Le décolleté trop grand, ça ne lui allait pas du tout. Par contre, Frances O’Connor a une superbe robe vers le début !
Je ne vais pas déblatérer sur les costumes masculins, je n’y connais rien, et je n’ai pas d’opinions à ce sujet, si ce n’est que j’aurais aimé avoir des acteurs avec plus de charisme et de présence. Je trouve ça toujours très moyen de rendre le mâle aussi transparent tout ça pour mettre la femme belle (même avec les années) et ambitieuse en avant.

Tout ceci se révèle bien décevant, et c’est bien trop ennuyeux pour qu’on regarde plus loin. Même pendant cette pseudo-période de grève, la fraicheur de la nouveauté n’a pas suffi, et cela s’est transformé en recyclage pas du tout convaincant.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire