Castle – A Death in the Family (1.10)

Castle et Beckett enquêtent sur la mort d’un chirurgien plastique disparu depuis une semaine. Rapidement, l’enquête va se lier avec un procès contre la mafia et à un témoin protégé en danger.

Nous voilà arrivés au 10ème et dernier épisode de la première saison de Castle. Au programme : meurtre, mafia, bal de promotion et révélation sur le passé de Kate.

Tout commence donc par le meurtre. Un chirurgien plastique retrouvé assassiné d’une manière plutôt violente qui mènera nos enquêteurs – amateurs ou professionnels – à une patiente énervée. Mais tout ceci, c’est juste pour gagner un peu de temps et montrer que l’on a exploré toutes les pistes avant de lancer la Mafia dans le jeu.

Forcément, Castle a un contact qui va pouvoir aider. Forcément, on a un témoin sous protection. Et enfin, forcément, le bureau du procureur va créer des problèmes, car une histoire de meurtre, c’est approximativement rien, même s’il s’agit du gars qui a modifié l’apparence du témoin et qui a été torturé avant de mourir. Oui, rien qu’avec ça, le mec aurait dû prendre l’avion pour Albuquerque.

Comme souvent l’une des qualités de la série est d’utiliser des situations peu inspirées, d’abuser de quelques clichés, pour ensuite installer Castle dans le rôle de celui qui fait remarquer que, justement, tout ça, c’est super cliché. L’avantage, c’est que cela donne une légère impression d’autodérision. L’inconvénient, c’est que mettre en avant le manque d’inspiration n’excuse pas le fait que l’on ne fasse pas l’effort pour changer cela.

Mais passons, car aujourd’hui on peut féliciter Beckett. Arrivée au bout de la première saison, elle va admettre en toute honnêteté que sans Castle, l’affaire n’aurait certainement pas été bouclée. C’est effarant que des policiers expérimentés aient besoin d’un auteur de série B pour leur pointer du doigt des évidences dont la logique est indéniable. Enfin bon, c’est le concept de la série, donc s’il y a une saison 2, je ne pense pas qu’il sera nécessaire de revenir là-dessus, maintenant, c’est établi et reconnu par les scénaristes.

Au niveau de l’histoire, on ne s’arrête pas à la mafia, on nous ramène aussi l’ex, Will Sorenson, surement pour continuer à montrer qu’entre Castle et Beckett, s’il devait se passer quelque chose, ce ne serait pas pour tout de suite. Après, il y a également meurtre de la mère de Kate qui revient sur le plateau – ce dernier étant porté par Robert Picardo. Cette histoire fut évoquée quand il a été nécessaire de donner un background à la détective, et il semble aujourd’hui que cela puisse devenir une intrigue fil rouge si la série se poursuit. Sinon, ça restera une anecdote.

Pour finir, Alexis va au bal de prom de son boyfriend. Castle a décidé de saisir l’occasion pour terroriser le pauvre garçon, mais il sera arrêté avant d’y parvenir. Dommage, car il pouvait y avoir dans ce cliché – revendiqué, une fois de plus – matière à comédie.

La saison s’achève sur un épisode qui, à défaut d’être original, se montre assez rythmé et distrayant. Pas mal d’erreurs auraient pu être évitées, mais c’est surtout le manque d’audace des scénaristes qui se révèle être le plus gros point faible. Malgré ça, quelques bonnes idées et une chute pas trop téléphonée suffisent à maintenir l’attention.