Castle – Always Buy Retail (1.06)

Le cadavre d’un afro-américain non identifié est retrouvé. Castle va reconnaitre sur la scène de crime ce qui pourrait s’apparenter aux restes d’une cérémonie vaudou. L’auteur doit également gérer son ex-femme de retour à New York.

Il n’est pas très surprenant de retrouver dans une série du calibre de Castle le bon vieux truc du rite vaudou. Le temps passe et c’est une religion qui se fait rare à la télévision, contrairement à il y a encore quelques années. Il faut dire que le tour de la question a plus ou moins été fait, du coup, qu’est-ce que notre écrivain de série B allait pouvoir apporter ? Rien. En fait, les scénaristes ont la bonne idée d’éviter le problème en utilisant le vaudou comme un accessoire et non comme un véhicule à clichés. D’ailleurs, nous aurons le droit à une petite scène avec la « source » de Castle qui va nous expliquer que le vaudou, ce n’est pas mal.

Passé cela, l’épisode va être perturbé par le retour de Meredith, ex-femme de l’écrivain, mère d’Alexis, et, accessoirement, hystérique égomaniaque notoire. Un personnage haut en couleurs qui va essouffler la majorité de son potentiel en l’espace de quelques scènes à peine. Le plus distrayant avec elle est le fait que l’on a rarement l’occasion de voir Darby Stanchfield dans des rôles aussi excentriques, bien au contraire.

Tant qu’il est question de guest stars, notons la sous-utilisation d’Aldis Hodge qui accentue affreusement son accent pour être plus « couleur locale ».

Globalement l’enquête s’éparpille trop ce qui débouche sur un manque de consistance – même pour du Castle. Ça ne passionne pas et les moments de comédie prennent difficilement, certains étant vraiment trop poussés, comme le passage où la police part à l’assaut d’un immeuble où est censé se trouver le suspect. Là, Castle abuse de son amateurisme à l’extrême, et le sourire de Fillion ne sera pas suffisant pour faire passer la lourdeur de l’instant.

Au final, entre l’affaire policière et l’ex-femme, le scénario n’arrive pas à se lancer foncièrement dans une direction. Difficile dans ce cas de se prendre au jeu, en particulier quand il est si laborieux.