Castle – Ghosts (1.08)

Castle et Beckett enquêtent sur la mort d’une femme retrouvée noyée dans de l’huile de moteur, dans une baignoire. Ils vont découvrir que la victime n’était pas ce qu’elle prétendait être et que quelqu’un écrivait ses mémoires.

Castle – la série – c’est avant tout une histoire sur un écrivain, avant d’être sur des meurtres. Du coup, l’idée du jour parait assez logique. Une personne qui écrit un livre sur et pour une criminelle, c’est un antagoniste intéressant. Dommage donc que cette partie soit totalement inexploitée. Certes, Joanne Kelly, qui interprète la fameuse auteure fantôme, aura le droit de faire quelques scènes durant lesquelles elle va passer pour une suspecte, une opportuniste, et même, une machiavélique instigatrice. Il faut dire qu’à part ce brave Castle, les écrivains, ce ne sont pas vraiment des gens bien.

Donc, l’affaire parle d’une ex-terroriste écologique qui, 20 ans auparavant, avait dû disparaitre de la surface de la planète suite à un attentat qui a mal tourné. Enfin, si ce genre de chose pouvait bien tourner, ça se saurait.

Elle était devenue une charmante housewive, marié à Alex Carter venu allonger sa liste de participation en tant que guest cette saison. Elle va mourir étrangement, mais suffisamment théâtralement pour permettre à Castle d’en faire une bonne intro pour les aventures de Nicki Heat.

Avec l’intrigue des écoterroristes qui sonne plus que familière et des suspects qui paraissent trop évidents, quand le rebondissement qui va nous mener à la solution finale apparait, il n’est aucunement surprenant. En fait, j’attendais depuis 5 minutes que Castle y pense, mais il fallait agencer le petit effet pour le moment de la révélation. Le genre de scènes typiques qui nuit réellement à la série en prenant le spectateur pour un abruti.

À défaut d’être aussi complexe qu’elle le voudrait, cette histoire a le mérite d’être plutôt bien rythmée et de posséder un background qui n’est pas original, mais qui permet à l’ensemble de ne pas trop dériver.