Le compte à rebours a commencé pour Sarah, Chuck va devoir tout faire pour sauver sa bien-aimée, quitte à faire évader Alexei Volkoff, et se retourner contre ses « employeurs » pas du tous enclins à laisser échapper le terroriste…

Le cliffhanger du titre est donc bien celui qui nous avait laissé avec Sarah mourante lors du dernier épisode. Avec la promesse d’un Chuck prêt à tout, ce season finale (au lieu d’un series, contre toute attente) se révèle efficace, émouvant et rythmé : le contrat est rempli.

Il faut dire que les enjeux dramatiques étaient bel et bien présents, grâce à une installation pertinente des éléments perturbateurs dans Chuck Versus the Last Details. L’épisode ne perd donc pas de temps et fonce (au sens propre comme au figuré) vers sa résolution. Il n’en a pas toujours été ainsi cette saison, mais il faut bien avouer qu’il n’y a aucun temps mort pour notre plus grand plaisir. On aurait également pu croire que lors de son épilogue, les auteurs auraient fait apparaître les seconds rôles pour balancer quelques vannes plus ou moins inspirées. Il n’en est rien, cela tournera autour de Chuck et Sarah du début à la fin. Tant mieux. A peine un clin d’œil à Morgan dans les 30 dernières secondes, laissant envisager une saison finale, plutôt alléchante.

On aura donc de l’action dans cet épisode, mais également une vraie dose d’émotion, notamment lors du flashback où nos tourtereaux répètent leurs vœux. Un monologue court, simple et sincère sur ce qu’est devenue Sarah au contact de notre nerd favori, et le tour est joué. Comme le dit si bien Chuck, il n’y a besoin de rien rajouter derrière ça.

Et puis saluons une dernière fois l’incroyable présence de Timothy Dalton qui aura éclairé toute cette saison tour à tour d’une intense folie et d’une naïveté touchante, dans des retournements de situations pas toujours très cohérents (notamment dans ce dernier épisode), mais toujours à son avantage. Chapeau l’artiste.

Enfin, une série familiale comme Chuck ne pouvant se terminer que sur une bonne note, et en plaçant des possibilités narratives pour la suite, les auteurs manoeuvrent efficacement pour  leur prochaine et ultime fournée, en transformant notre Team en (gentils) mercenaires. Bonne vacances à Chuck, et qu’il nous revienne en forme pour ses dernières missions.

avatarUn article de .
3 commentaires