Chuck - Chuck vs The Dream Job (2.19)

Chuck qui vient de retrouver son père, va encore devoir faire face aux sbires de la Fulcrum, tout en découvrant la véritable identité d’Orion…

L’épisode commence par quelques secondes de faux suspense, pour enfin voir la tête de papounet qui n’est autre que le voyageur temporel Sam Beckett, rien que ça. Quel plaisir de revoir Scott Bakula, même si ce dernier s’est perdu dans Chuck. Après une petite mise au point entre le Geek et son géniteur complètement parano, Chuck va tenter de ressouder les liens familiaux avec Ellie qui a du mal à contenir sa colère face au retour de ce père absent. Mais comme nous sommes dans Chuck, tout ce petit monde va rejouer très vite à une Famille Formidable, même si le papa légèrement farfelu va provoquer un énième flash de l’Intersect humain. Même si au final ça n’a rien d’étonnant…

Et voilà donc toute la Dream Team des Spy du dimanche en route pour une nouvelle mission qui va les conduire face à un autre guest de choix, Mister Chevy Chase. Et oui cette semaine les papys font de la résistance télévisuelle, ce cher Chevy étant assez à l’aise dans son rôle de messie des nouvelles technologies, sorte de mix entre Bill Gates et Steve Jobs. A part ça, Chuck va se métamorphoser en espion des grands jours, allant même jusqu’à mettre hors service Casey afin de jouer les commandos ninjas solitaires, au cours d’une mission loufoque qui va l’amener à découvrir que son père n’est autre que ce brave Orion, car oui les scénaristes « au métier de rêve » ont osé ce Twist de folie qui voit aussi le retour de la Momie. Et non vous ne rêvez pas, le toutélié dans le n’importe quoi n’est plus l’exclusivité de 24. Ne soyez donc pas surpris de constater en fin de saison que Captain Awesome est the Big Boss de la FULCRUM et que Ellie n’est pas la sœur de Chuck mais une Dollhouse de Joss Whedon placée comme taupe dans le Show de NBC. Pendant ce temps, au Buy More, le roi Big Mike mange et ses bouffons bouffonnent. Heureusement, pour une fois, tout ceci ne prend guère de place, si ce n’est les « placements de personnels Buy Morien » ici et là. Rien de bien gênant…

Sinon, c’est la musique avec deux/trois morceaux agréables qui sauve une nouvelle fois le show, qui pourrait se résumer jusqu’à présent, qu’à un simple défilé d’invités prestigieux. Plutôt sympa, même si j’avoue honnêtement avoir espéré voir le Docteur Bakula se téléporter, loin très loin, et ce jusqu’à la conclusion de l’épisode, ce qui n’est pas malheureusement pas le cas. Alors certes, ça avance, un peu, mais pas encore assez vite, pour que cette fin de saison se termine, enfin…

avatarUn article de .
9 commentaires