Sarah est maintenant un agent double au sein des Industries Volkoff. Pour faire ses preuves, elle va devoir faire libérer un ancien allié d’Alexei : Yuri Gobrienko, dit « L’Avaleur ». De son côté, Devon tente d’empêcher Ellie de chercher des noms bizarres pour leur future fille…

La fin du dernier épisode nous promettait donc une suite de saison avec une tonalité plus sombre, celle où Sarah, pour sauver sa future belle-mère (mariage en vue, rappelez-vous), est envoyée au cœur des Industries Volkoff. Promesse tenue au pied de la lettre, en transformant l’agent Walker en tornade brune moulée dans une combinaison de cuir noir, qui lui va… à ravir. D’un point de vue strictement esthétique, on peut d’ores et déjà dire que l’épisode est une réussite.

Mais trêve de plaisanterie, la première mission de Sarah, qui s’offre un test grandeur nature pour montrer sa nouvelle dévotion à Alexei, va être de libérer un criminel russe : « Yuri The Gobbler ». Si la mission se passe sans surprise, le plus intéressant dans cette storyline va être de voir naître – on l’espère – une relation ambiguë entre Sarah et Mary Bartowski, entre solidarité féminine et sacrifices personnels pour le bien de la mission : là où Mary a échoué, Sarah, pour retourner auprès de Chuck, devra réussir.

En parlant de Chuck, celui-ci tente (sans y arriver) de nous convaincre que l’absence de Sarah n’influe pas sur son moral. Souvent trop mièvre quand il est avec Sarah, déprimé quand il ne l’est pas, Chuck n’arrive dernièrement que très rarement à nous émouvoir. Plutôt dommage pour un personnage principal. Heureusement, cet épisode regorge de seconds rôles éclatants, à l’image de Volkoff, la superstar de cette saison, qui prouve encore une fois que Timothy Dalton peut tout jouer. Entre tendresse romantique (sa première scène dans l’épisode) et froideur machiavélique accompagnée de sourire sadique, Dalton s’amuse probablement comme un petit fou, et forcément, nous avec. Et d’autre part, si la séquence du Buy MoreDevon met en place son plan se révèle prévisible et ratée, l’épilogue sur le prénom du bébé montre qu’Ellie et Awesome ont encore du potentiel comique (une blague Ikea, ça fonctionne toujours) et émotionnel. Une bonne nouvelle avant l’arrivée imminente de la petite CWoodcomb.

Un épisode intéressant donc, sans être dénué de défauts, mais qui semble encourager une vraie envie de prendre des risques et d’emmener Sarah vers des territoires (et des tenues ?) inconnus. On espère que cela permettra de réveiller le couple Walker/Bartowski à l’aube du mariage.

avatarUn article de .
3 commentaires