Chuck – Chuck Versus the Suburbs (2.13)

C’est la Saint Valentin et c’est la folie au Buy More, car Big Mike doit faire face à son divorce. L’équipe tente donc de le distraire en lui trouvant une nouvelle femme. Pendant ce temps, Chuck et Sarah partent en infiltration en banlieue pour découvrir ce qui est arrivé à un agent qui vient de réapparaitre après des mois d’absences.

Pour fêter la Saint Valentin, Chuck (la série, pas le personnage) va nous parler d’amour, à la sauce Buy More. Dans le genre, on a vu plus adapter pour célébrer les amoureux, vu le mauvais gout naturel de Morgan et ses amis. Ainsi, Big Mike est maintenant divorcé et, histoire de gérer la crise, pousse ses employés à travailler, ce qu’ils ne font que si rarement. La série, comme souvent, joue sur ses excès et, ce coup-ci, ça fonctionne quand même pas trop mal, surtout grâce à Big M, justement.

D’un autre côté, nous avons la mission du jour. Chuck doit se faire passer pour le mari de Sarah dans une banlieue tranquille et familiale où réside un agent de Fulcrum. Voilà un petit ressort scénaristique que la série aime nous ressortir régulièrement, histoire de ne pas trop avoir à chercher trop loin dans la construction de sa backstory.

Pour l’occasion, nous allons éplucher le catalogue des clichés de la vie en banlieue, mais sans trop forcer non plus. En fait, c’est assez décevant, surtout quand on voit le potentiel comique que ce genre de situation peut générer en mode parodie. X-Files nous avait fait la même chose, mais le résultat était tout bonnement supérieur. Il faut dire que le contexte banlieusard n’a pas réellement l’opportunité d’être exploité, car l’histoire doit avancer rapidement et trop de temps a été perdu dans la mise en place. On plonge donc Chuck dans les griffes de Fulcrum, une fois de plus. Les agents rebelles ont monté leur projet Intersec et, histoire de le tester, le remplissent de tout ce qu’il y a de confidentiel dans leur organisation, comme ça, on ne sait jamais, si ça marche, n’importe qui peut tout connaitre sur eux… La logique ici m’échappe énormément, mais la finalité scénaristique est on ne peut plus évidente. Chuck se retrouve ainsi avec un savoir inédit qui va pouvoir emmener la série dans une direction, pas nouvelle, mais un peu plus large. De même, il devient encore plus précieux à l’agence de cette manière.

Mais peu importe pour le moment, car l’agent amateur va surtout finir la mission en réalisant ENFIN qu’entre lui et Sarah, non, ça ne va pas être possible. Vu que quasiment tout le show repose sur cette histoire d’amour quasi impossible, on voit mal le gars réellement passer à autre chose, mais bon…

De manière générale, malgré ses grossièretés scénaristiques inhérentes à la série, cet épisode va tout de même se révéler assez divertissant, plus que je ne le pensais. Il faut dire que comme toujours, les apparitions comiques ponctuelles de l’agent Casey permettent de maintenir l’humour à flot. De plus, l’histoire du Buy More se montre un peu plus efficace qu’à l’accoutumée, et enfin, il y a un petit lot de guests stars : Andy Richter, Jenny Mc Carthy et également Brian Thompson et sa tronche patibulaire. Certes, ils ne seront pas inoubliables, mais apportent une pointe de fantaisie, ce qui n’est pas non plus une mauvaise chose.