Chuck - Chuck Versus The Third Dimension (2.12)

Chuck est amené avec ses deux anges gardiens à devoir protéger une rockstar, qui va se révéler plus importante pour la sauvegarde de la paix dans le monde, qu’elle n’y parait…

Après une longue interruption hivernale, le brave Chuck revient dans le monde de l’espionnage pour le meilleur et surtout pour le pire, vu que pour ce tout premier épisode cru 2009, le Père Noël lui a offert une paire de lunettes 3D.

Le bon vieux bonhomme à la barbe blanche et la robe de chambre rougeoyante, fruit du marketing intelligent d’une célèbre marque de soda marron qui fait des bulles, aurait bien fait d’en envoyer une aussi au pauvre Criticteur que je suis, vu que j’écris ces lignes en cet instant, avec des yeux de lapins albinos. Car la 3D c’est bien, mais sans lunettes c’est un peu comme Starsky sans Hutch, Michael Knight sans KITT et Perry sans Mason, en abuser ça craint…comme ce dernier jeu de mot.

Mais bon, il ne faut pas totalement bouder  l’idée amusante de NBC qui a eu le mérite de tenter des choses dans cette grilles de programmes US aussi froide qu’un mois de Janvier en France. A part ça, c’est une reprise somme toute classique que les fans vont encenser, avec une Sarah en petite tenue, un Cassey qui grogne, un Chuck qui a toujours les mêmes converses que votre dévoué serviteur, et bien évidemment sa Guest de la semaine en la personne d’un ex Hobbit perdu sur l’île la plus peuplée du monde, encore dans un rôle de rockstar, sans doute en hommage a sa « grande » prestation dans Lost.

Niveau intrigue c’est du top niveau dans le bas de l’échelle scénaristique, avec une histoire de tatouage, des méchant(e)s adeptes de l’arme blanche, et les niaiseries habituelles (désolé y a pas d’autres termes) du Buy More, qui servent comme la plupart du temps à combler l’espace temporel qui compose ces 42 longues minutes.

Alors sans doute mes yeux embués de larmes ont du louper les messages subliminaux cachés dans les effets visuels concoctés pour cette épisode spécial, qui a au moins le mérite de ne pas usurper son titre faisant allusion à la Quatrième Dimension, mais au final même si cette reprise est pleine de couleurs, il faut avouer qu’elle manque sacrément de relief.

Un peu ballo vous avouerez pour un épisode en 3D…

avatarUn article de .
6 commentaires