Chuck et Sarah, après s’être fait arnaquer par l’organisatrice de leur mariage, décident d’appeler Jack, le père de Sarah, à la rescousse. Casey essaye d’éviter le moment fatidique où il doit annoncer à son ex-femme qu’il est toujours vivant.

Il était temps de reparler mariage. Avec le retour de l’intrigue Volkoff au centre des intérêts, on avait presque oublié cette 2ème trame de fond de la saison. Il faut dire que ce n’était pas ce qu’il y avait de plus palpitant à suivre. Chuck et Sarah étaient devenus trop gnangnan pour susciter une pleine attention de notre part. Mais, à l’image du retour de Dalton pour redonner un peu mordant à toute cette histoire Volkoff dans l’épisode précédent, quoi de mieux que Jack Burton pour remettre sur pieds notre couple vedette, victime d’une escroquerie ? Le paternel de Sarah est donc de retour et l’épisode s’anime.

Jack Burton, qui est un arnaqueur de première classe rappelons-le, avait apporté lors de son premier passage une belle fraîcheur et un peu de malice dans l’univers parfois policé de Chuck. Un homme qui apparaît aussi vite qu’il disparaît, qui vous embrouille en 2 phrases, et qui a emporté toutes vos actions boursières avant même que vous ayez sorti votre chéquier, mais un type bien, avec des règles et un code d’honneur. Et comme tout homme de principes, avec Jack Burton, on ne touche pas à la famille. C’est donc grâce à lui (et à son rétroprojecteur) que toute l’organisation se met en marche. De là, va découler une opération classique, mais bien menée, qui embarque Morgan (de retour dans l’action, ça fait plaisir) et Casey, un peu malgré lui. Aucun suspens de ce côté, le plan, un couac, un flash, quelques mandales, et la résolution. Mais encore une fois la présence de Jack va permettre de faire passer tout ça sans heurts, et même apporter son lot d’émotions.

À quelques encablures du mariage, la venue du père de Sarah impose forcément de passer par la case discussion, celui-ci n’ayant pas été invité à la future cérémonie. Ce sera l’occasion d’une belle scène entre père et fille où chacun devra avouer à l’autre les manquements et faiblesses passés. Une scène tendre et traitée avec subtilité, Gary Cole et Yvonne Strahovski donnant une belle crédibilité à l’ensemble. On pourrait reprocher une morale finale un peu maladroite et trop marquée (le discours de Jack au méchant), mais ne boudons pas notre plaisir, la famille Walker/Burton, quand elle est réunie, fait des merveilles.

Et l’émotion viendra aussi des séquences entre John Casey et son ex-femme. Deux scènes très bien écrites qui suggèrent plus qu’elles ne disent. Les motivations de Casey sont révélées au grand jour et il est difficile d’en vouloir au Major d’avoir tout fait pour protéger sa famille.

Les pièces semblent être toutes réunies pour le (grand ?) final. Le mariage est imminent, Vivian Volkoff prépare sa vengeance, et l’Agent X ne devrait plus tarder à montrer le bout de son nez. C’est donc un beau programme que nous avons là pour les 3 épisodes restants. Attention quand même à ne pas tout gâcher…

avatarUn article de .
0 commentaire