Casey voit trois ex-camarades des Black Ops revenir en ville, et Chuck a une idée pour les attraper sans trop de heurts. Ce qui se complique quelque peu lorsque Casey est enlevé, et que Morgan doit dans le même temps lui apprendre qu’il sort avec sa fille…

Chuck accueille trois guests pour meubler le passé de Casey : Dave Batista (catcheur de la WWF), Joel Moore (Bones, Medium, le film Avatar) et Eric Roberts (Heroes, le film The Dark Knight). La série attire, et c’est plutôt plaisant de voir intégrer de nouveaux morceaux d’Histoire dans la mythologie. Casey a un passé militaire et d’opérations secrètes, il s’agissait de l’explorer. Jouant au mort pour attraper ses ex-acolytes (plus passionnés par l’argent que le devoir, grave erreur), il se fait enlever, et évidemment ne doit son salut qu’à l’intervention inespérée de Jeff et Lester, en cela suivi par Morgan qui devient le seul agent disponible lorsque Sarah et Chuck sont neutralisés. Chuck qui devient responsable en lançant l’opération, chose nouvelle. L’agent prend de la hauteur cette saison, et il est bon de dire qu’il n’est plus le « nouveau ». Tout cela nous conduit en Iran, où évidemment le sauvetage vient de là où on ne l’attend pas… Dans tout ça, Casey doit faire avec le nouveau boyfriend de sa fille, Morgan lui-même. Une chose après l’autre, même si la relation fait un peu téléguidée (la faute à des avancées « off » épisode qui mâchent un peu trop le travail…), on apprécie de voir le casting de la série s’installer un peu.

Côté Chuck, c’est plutôt agréable, car l’épisode (pour la première fois de la saison) n’est pas centré sur sa recherche maternelle. Toujours pas de retour de la Maman, par ailleurs. À part justifier l’histoire, car les trois mercenaires travaillent pour Frost, et une petite réflexion finale (à développer dans l’épisode suivant, à coup sûr), l’épisode ne s’appuie pas sur ces lamentations, et préfère le comique de la paire Morgan-Casey, voir de l’aide de « Jeffster » pour avancer… Et on ne s’en plaint pas. Après beaucoup d’hésitation, Chuck délivre depuis trois épisodes une bien meilleure qualité qu’auparavant.

Voilà Chuck confirmé pour 24 épisodes cette saison, et si les audiences ne sont toujours pas extraordinaires, la qualité des épisodes remonte un peu. Moins prise de temps, plus relax, la série a trouvé semble-t-il un nouveau rythme de croisière. Reste à voir où cela mènera… Car conserver Frost en fil rouge de la saison, sans plus d’avancées (celle de l’épisode étant de savoir que Frost est en réalité une méchante), va nous faire ronger notre frein. Il serait temps que Chuck commence à avoir des ambitions.

avatarUn article de .
8 commentaires