Chuck doit réussir son test final afin de devenir un véritable espion sans savoir que ça implique de tuer quelqu’un. John se fait difficilement à la vie civile, mais trouve le soutien de Big Mike.

C’est véritablement la fin d’une ère qui se produit dans cet épisode de Chuck. Certes on avait senti que les choses se mettaient plus ou moins en place depuis quelque temps, mais cette fois, ça y est, c’est le moment de la perte définitive de l’innocence du geek. L’épisode aurait tout aussi bien pu s’appeler Chuck vs himself !

Bye bye le grand gamin blagueur, place à 007. Bon, pas encore une version très sérieuse (les méthodes de filature à poil du héros feraient se retourner Sydney Bristow dans sa… banque !) et c’est heureux parce que l’épisode en deviendrait finalement assez chargé émotionnellement surtout lorsque se pose le dilemme que Sarah s’inflige à elle-même : accepter que Chuck devienne quelqu’un d’autre que ce garçon qu’elle aime tant, c’est-à-dire, un espion et un tueur parce que c’est pour eux la seule façon de se retrouver. Sauf que dans l’habituel cafouillage amoureux qui est le leur, elle ne saurait se faire à cette idée. C’est donc fini, jusqu’à la prochaine fois, bien sûr !

Le questionnement sur la perte d’identité de Chuck se pose donc enfin dans toute son ampleur, mais sans profondeur, comme tout ce qui arrive dans cette saison 3. C’est d’autant plus dommage que l’on a aussi droit à une petite parcelle du passé de Sarah, lors de son examen final et que la résolution finale implique un sérieux danger pour la suite. Car force est de constater que malgré les tests discutables de la CIA, ils ont fait leur preuve jusqu’ici. Envoyer Chuck sur le terrain alors qu’il n’est même pas capable de buter quelqu’un, c’est du suicide. Et le pire c’est qu’il en a à peine conscience et que personne ne peut l’arrêter puisque personne ne sait en dehors de Casey !

De fait, à côté de cette petite pointe d’intensité mal maîtrisée, mais intéressante à suivre, les vicissitudes de Johnny le civil sont absolument ridicules. Il est vrai que j’ai un problème avec les personnages de Jeff et Lester mais là, c’est juste insupportable. Du coup, la scène où John prend l’un pour taper sur l’autre fut jouissive ! Encore, encore !

Qu’il s’agisse de plagiat ou d’hommage, Chuck vs the Final Exam ne se gêne pas pour récupérer le gimmick de Mission Impossible (le message qui s’autodétruit) et surtout la scène du restaurant de Nikita (le film) dans lequel Anne Parillaud subissait aussi son dernier test après entraînement. Sans oublier le petit look à la Clark Kent que lui donnent les lunettes d’espion. Reste une question : le look Ken et Barbie de Shaw (toujours aussi charismatique le gars !) et Sarah est-il fait exprès ?

Si on avait encore un doute, Zach Levi est très en forme physiquement parlant cette saison. En voilà un qui ne mange pas que des sandwiches Subway, lesquels nous réussissent un placement pub absolument énorme. Devant tant de calories, les Awesome semblent avoir quitté la ville, accompagnés de Morgan. Loin de moi l’idée de m’en plaindre !

En bref, un épisode plein de bonnes intentions qui touchent parfois à leur but, mais laissent un goût d’inabouti.

avatarUn article de .
1 commentaire