Déjà publié en avril 2017, cet article est aujourd’hui remis en avant à l’occasion du début de la diffusion de cette saison 2 de Colony sur TF1 ce lundi 5 juin à partir de 23h25.

Au point de départ, Colony se présentait comme étant une simple, mais ambitieuse, relecture de l’occupation nazie. Avec sa saison 2, cela reste naturellement le cas, mais son propos s’élargit, profitant d’une mythologie qui s’étend et de l’actualité réelle qui ajoute une étrange et dérangeante perspective.

Il ne faudrait pas pour autant croire que la série de Carlton Cuse et Ryan J. Condal s’égare en paraboles pour critiquer la politique américaine, mais certaines réflexions sur le contrôle de l’information, la surveillance et les manières de répondre à un gouvernement que l’on oppose trouvent une résonnance particulière dans l’actualité.

Cela dit, plus que jamais, Colony est l’histoire de la famille Bowman. Tout reprend alors qu’elle est plus divisée que jamais. Will (Josh Holloway) a quitté le bloc pour retrouver Charlie, tandis que Katie (Sarah Wayne Callies) est abandonnée par tous et que Bram (Alex Neustaedter) est envoyé dans un camp de travail.

Au fil des épisodes, il sera donc autant question d’un rassemblement et d’une reconstruction du noyau familiale que de survie. La saison 2 se découpe alors en plusieurs phases distinctes qui suivent la situation de Will et de Katie. Plus les épisodes passent, plus le couple se reforme et plus leurs options sont limitées. Bien souvent, les Bowman perdent le contrôle et se retrouvent pris entre plusieurs feux.

En première saison, Colony nuançait l’opposition entre la collaboration et la résistance, montrant que les deux suivaient des logiques qui pouvaient occasionnellement se rejoindre. Parmi les premiers, certains choisissaient d’aider l’envahisseur dans le simple but de sauver le plus de monde, là où les résistances voulaient atteindre le même but par la déstabilisation. En saison 2, les deux approches se radicalisent et plus aucune ne parait capable de voir autre chose que du sang.

Plus le temps passe et plus la destruction apparait être destinée à devenir mutuelle et rien ne survivra au chaos. La série examine ce que chacun est prêt à sacrifier, leur propre vie ou celle des autres.

D’un point de vue narratif, cette saison 2 de Colony ne fait donc pas du surplace, trouvant dans ses rebondissements le moyen de changer de perspective de façon régulière pour couvrir tous les angles de l’histoire. Cela dit, il en ressort surtout une volonté de ne pas étirer une situation impossible et c’est cette capacité à reconnaitre le besoin d’aller de l’avant qui permettra à la série de passer à la vitesse supérieure et à réaliser son véritable potentiel.

De plus, même s’il est avant tout question du périple de la famille Bowman, les scénaristes ne manquent pas de délivrer suffisamment d’informations sur l’envahisseur pour que la mythologie du show commence à gagner en consistance. Il faudra certes attendre pour tout découvrir sur les « hôtes », mais plus on en apprend et plus ils intriguent.

Cette saison 2 de Colony n’a ainsi pas manqué de matériel à explorer et, même si elle démarra doucement, elle a su progresser sans tarder pour nous offrir des épisodes rythmés sans diluer le propos général de la série. C’est une belle confirmation du potentiel déjà visible en saison 1 et on ne peut qu’espérer que la saison 3 poursuivra dans cette direction.

Colony - Saison 1
List Price: EUR 25,07
Price: EUR 21,90
You Save: EUR 3,17
Price Disclaimer