Community - Saison 1

Jeff Winger se retrouve obligé de retourner à l’université pour passer son diplôme et redevenir l’avocat à succès qu’il était. Il va alors se retrouver dans un groupe avec des étudiants tous plus ou moins désireux d’apprendre l’espagnol. Ils vont donc devenir amis.

À la base, Community possède l’un des meilleurs épisodes pilotes de la rentrée, ce qui fut une plutôt bonne surprise, car son pitch et son casting très stéréotypé ne lui offraient pas énormément d’options pour l’avenir.

C’est donc avec une certaine motivation que le visionnage de cette première moitié de saison s’est produit. Malheureusement, la suite n’a pas immédiatement délivré ce que le Pilot promettait. Enfin, il ne s’agissait que d’ajustements, car la série va rapidement trouver son ton et imposer son originalité et son humour.

En fait, au départ, le principal défi du show fut de permettre à ses personnages de s’affirmer. Si Señor Chang (Ken Jeong), le prof d’espagnol, devient dès sa première apparition une véritable icône, Jeff (Joel McHale) va quelque peu empêcher ses amis de faire de même. Il faut dire que l’ex-avocat monopolise son attention sur Britta (Gillian Jacobs) qu’il ne parvient pas à séduire, laissant Abed (Danny Pudi), Troy (Donald Glover II), Shirley (Yvette Nicole Brown), Annie (Alison Brie) et Pierce (Chevy Chase) jouer avec les codes imposés par les stéréotypes qui les désignent. C’est limitatif.

Il faut dès lors changer la dynamique et cela passera par un mélange. Jeff va donc se retrouver à partager des storylines avec chaque membre du groupe et laissera Britta devenir petit à petit une amie et non une prétendante.

Le résultat sera rapide, car tout le monde gagne en indépendance et en folie. Les scénaristes trouvent leur ton et l’université de Greendale se transforme en un véritable cirque où chaque évènement devient une source inépuisable de ressorts comiques qui s’associent à merveille avec les particularités des personnages.

Jeff reste le beau parleur, mais va devoir apprendre à vivre ses relations de manière moins égocentrique. Pierce est persuadé que son expérience est un plus pour tout le monde et se retrouve alors à s’impliquer dans tout et n’importe quoi. Shirley tente de compenser son divorce avec tout ce qu’elle peut. Abed pousse son aspect de Weirdo dans ses retranchements. Annie découvre le monde. Britta et Troy auront un peu plus de mal à trouver leur place, même si le cynisme de la jeune femme et sa relation avec Jeff lui offriront des opportunités intéressantes. Le joueur de foot, par contre, peine à sortir de son rôle de sidekick, que ce soit avec Abed ou Annie.

Community est donc parvenue à s’ajuster assez rapidement et à obtenir une personnalité qui lui est propre et qui est la source de son succès sur le plan de la comédie. Bref, cette nouvelle série NBC mérite largement d’être regardée et si les 12 premiers épisodes ne sont pas homogènes, on trouve dans la majorité de véritables pépites humoristiques.