Les fuites sont de plus en plus graves et les agents sont envoyés auprès de sénateurs pour les éliminer de la liste des suspects ou non. Auggie est assigné à une mission avec son ancienne équipe sur le terrain.

Annie part en infiltration au cœur même du gouvernement pour trouver la taupe. La même que précédemment ou une autre, ce n’est pas très clair, mais quelqu’un trahit et doit être arrêté. On poursuit donc dans le genre le plus sobre que la série propose, ne replongeant pas immédiatement dans les missions qui tournent mal à l’étranger.

Cela dit, on ne peut pas non plus dire que pour autant cela soit original, au contraire. Le scénario va suivre les codes du genre à la lettre et sans grande conviction d’ailleurs. Certaines scènes en deviennent sans intérêt et les prises de risques d’Annie peinent à apporter le suspens que l’on veut nous suggérer. De plus, l’aspect relationnel développé sert par moment de mauvais échos au développement personnel de personnages de l’agence.

Cela dit, Houses of Holy a ses bons moments, mais ils se résument principalement à de brèves lignes de dialogues.

On pourra quand même noter que, cette fois, Auggie a le droit à sa propre storyline qui est, malheureusement, plutôt abstraite. Il faut dire que récupérer des informations et diriger une équipe sur un autre continent à partir de son ordinateur, ce n’est pas ce qu’il y a de plus démonstratif. Malgré ça, le personnage réussit à communiquer ses frustrations et ses joies avec plus d’authenticité que tout ce qui peut se passer dans le reste de l’épisode.

Pour finir, il ne faudrait pas oublier la storyline ridicule du beau-frère d’Annie dont la fin est trop évidente pour parvenir à la sauver.

Globalement, cet épisode possède sa batterie de problèmes, dont une partie semble juste provenir du fait que les scénaristes ne paraissent pas se mettre d’accord sur ce qu’ils veulent accomplir avec la série. Heureusement, la réalisation et l’ambiance plutôt légère aident à éviter que le visionnage soit pénible.

Covert Affairs est un véritable grand huit qualitatif, passant d’un épisode prometteur à un sans intérêt d’une semaine à l’autre. Ce manque de consistance se fait de plus en plus sentir et empêche le show de s’affirmer, tuant par la même occasion tout son potentiel.