CSI – Dead Doll (8.01)
Sara est toujours portée disparue. Natalie Kimble, la tueuse aux miniatures s’est refermée sur elle-même, ne donnant pas le moindre indice. Les CSI partent à la recherche du moindre indice.

Parmi toutes les séries de cette rentrée, celle que j’attendais le plus était celle-là. On arrive pourtant à la 8ème saison, mais que voulez-vous, après l’excellente saison 7, l’envie de reprendre était clairement là. Je me suis donc jeté sur ce nouvel épisode pour découvrir si oui ou non Sara allait survivre. La réponse, on l’a dans la dernière minute de l’épisode, pour vous, ce sera dans le dernier paragraphe de cette review.

CBS a bien joué son coup, il n’y a pas eu de fuite. Jorja Fox toujours là ? Allez savoir. Absente du peu de photos promos disponible, mourante dans les bandes-annonces, le suspens est entier. Dès le début on retrouve la touche CSI, celle qui a donné son ton si particulier à la saison précédente. Mais poussant encore plus loin, l’épisode va nous donner des plans sublimes, ou quand le cinéma et la télévision ne font plus qu’un. Une ambiance, une atmosphère maitrisée d’un bout à l’autre, orchestrées sur une musique à la fois envoutante et oppressante. Il n’y a pas à dire, CSI est surement l’une des séries les mieux réalisées sur un network.

Du point de vu de l’histoire, l’épisode se divise en deux. Durant la première partie, nous suivons les CSI tenter de rassembler les pièces du puzzle, cherchant des indices partout où Natalie Kimble était allée. En alternance, nous suivons en flashback le kidnapping de Sara, ses tentatives d’évasion, jusqu’à ce qu’elle finisse sous la voiture. C’est d’ailleurs suivre Sara qui va être le plus passionnant dans l’épisode. Bien qu’à ce moment, nous savons où elle va finir, le suspens est bien présent. Nous sommes surpris par les évènements que nous n’avions pas imaginés, cherchant à chaque instant l’indice qu’allait trouver Grissom.

Pendant toute cette période, il pleut. Et pas un peu. Le climat va faire monter la pression d’un cran supplémentaire, rendant la découverte de la voiture, ensevelie, encore plus dramatique. L’épisode va donc changer à ce moment, Sara n’étant pas dans la voiture. La police se lance à sa recherche dans le désert, pendant que nous revoyons son évasion de la carcasse, avant d’enchainer par son long périple dans le désert. Histoire de nous faire une petite frayeur, Grissom et Catherine vont trouver sur leur route, un cadavre, qui va se révéler être celui d’un randonneur.

Je trouve dommage que la série ait utilisé deux saisons consécutives le même ressort dramatique, à savoir, le kidnapping d’un CSI. Le dernier épisode de la saison 7 en souffrait un peu d’ailleurs. Le manque de rythme, et le fait que nous savions que Sara allait être la victime, avait rendu cet épisode un peu décevant. Le tueur aux miniatures était une très bonne story-arc, très bien mené, ce qui n’était pas gagné d’avance. Sur CSI, les histoires en plusieurs parties n’avaient jusque-là pas été de franche réussite. La conclusion s’avère une réussite, surtout grâce au suspens. Une fois que l’on connaît la résolution, je pense que l’épisode perd un peu en intensité. Le début de l’épisode traine quand même un peu en longueur, mais je crois que de toute façon, je ne suis pas d’humeur à chipoter. Pour moi, le retour est réussi, et j’attends pas mal de cette saison, espérant qu’elle atteigne au moins le niveau de la précédente.

Pour les impatients qui voudraient savoir la fin, la voilà. Après avoir été retrouvée inconsciente par Nick et Sophia, Sara est emmenée en hélicoptère à l’hôpital. Son état est critique, et peu d’indices laissent croire qu’elle va s’en tirer. Elle ouvre alors les yeux et voit Grissom qui lui tient la main. Générique.