Annabelle, la star d’une sitcom à succès, est retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel avec un canard en plastic dans la bouche. Le comportement de l’actrice n’aide pas l’enquête, car tout le monde la détestait. L’affaire se complique encore quand son assistante est retrouvée morte.

CSI accueille cette semaine les auteurs de Two and a Half Men (Mon oncle Charlie). Ce n’est pas la première fois que des scénaristes extérieurs se retrouvent sur la série, le résultat n’étant pas toujours au rendez-vous, il faut reconnaître que, dès le pré-générique, le ton est donné, c’est du CSI, teinté d’humour et d’ironie, mais du CSI quand même

L’épisode est blindé de guest stars, à commencer par la victime, Annabelle, jouée par Katey Sagal, mais nous retrouvons aussi les excellents Stephen Tobolowsky, Diedrich Barder, Rachael Harris ou encore, Constance Marie – sans oublier une brève apparition du cast de Two and a Half Men.

Ce n’est pas la première fois que les CSI se retrouve à enquêter dans le milieu du spectacle, mais jamais auparavant Grissom n’avait été faire un tour à Hollywood. Un épisode original donc, mais pas pour autant dénuée d’une intrigue consistante. L’enquête est dans les standards de la série, peut-être bien moins tordue qu’elle en a l’air, mais quand même assez fournit en rebondissements pour tenir le suspens jusqu’au bout. L’excentricité des personnages met de l’ambiance, sans pour autant faire tourner l’épisode au ridicule. Ils ajoutent l’humour que l’on attendait d’un épisode signé Chuck Lorre et Lee Aronsohn.

Ce cross-over scénaristique se révèle être une très bonne idée, le résultat sur les deux série étant de qualité, il faut féliciter l’initiative. Cet épisode est inventif et distrayant, mais n’en trahi pas pour autant l’esprit de la série.