CSI - Appendicitement (1.09) / Better Off Dead (1.10)

Nick et Greg enquêtent sur une fusillade dans une armurerie, tandis que Sara et Catherine cherchent à découvrir l’identité du meurtrier d’une jeune femme retrouvée abandonnée près d’une route.

Ce n’est pas trop l’esprit de Noël à Las Vegas, malgré la période, et le fait que la chaine semblait décidée à thématiser sa semaine. Bref, deux scènes de crimes pour les CSI.

Nous débutons avec une fusillade au son de Johnny Cash qui se révèlera assez éloignée de ce qui s’est réellement déroulé. Une habitude de la série, cette façon de jouer avec l’angle de vue pour ne nous montrer qu’une partie de la vérité. Ici, c’est assez bien mis en scène, surstylisée, certes, mais ça fonctionne, car chaque nouvelle preuve permet de recréer la scène sans donner l’impression de répétition.

C’est la même chose avec la seconde affaire, chaque pièce change les conditions, les résultats du labo arrivant les uns derrière les autres, dans un ordre qui permet de ne pas s’emmêler les pinceaux.

Tout ceci suit donc une logique et un rythme qui permettent une bonne immersion, appuyée par une touche d’imprévisibilité qui laisse penser qu’à chaque nouvelle avancée tout peut encore changer. C’est bien joué, mais il faut reconnaitre la grosse faiblesse de la saison : encore une fois, les deux affaires sont liées. Il n’y a pratiquement pas eu un seul épisode jusqu’ici qui offrait deux investigations bien distinctes d’un bout à l’autre. Le problème ici est que cela tombe vraiment trop bien, comme quand Sara se lance dans l’inspection d’une voiture juste parce qu’elle se dit – sans raison concrète – qu’elle pourrait être celle de sa victime. Bien entendu, c’est le cas.

Bref, si on fait abstraction de ceci l’épisode se montre assez bon, gagnant du fait que Langston reste en retrait pour laisser place au travail d’équipe, ce qui réussit le plus à la série depuis le départ de William Petersen.