csi-CSI - Lover's Lane (10.08)

Lover’s Lane (10.08)

Durant un tournoi de bowling, une tête détachée de son corps revient à la place d’une boule. Langston rouvre une enquête dont la coupable s’est suicidée juste après avoir été condamnée.

L’affaire du jour nous emmène donc dans une salle de bowling. C’est aussi l’occasion pour Greg de montrer ses connaissances dans le domaine. Vu qu’on ne le voit pas énormément sur les devants dernièrement, c’est toujours rafraichissant. Dans le même esprit, cette semaine, Sara est présente et participe à cette même investigation avec aussi Nick.

Dans l’ensemble, on ne peut pas dire que ça soit très original, aussi bien sur le fond ou la forme. Du CSI traditionnel, mais qui possède quand même quelques twists suffisants pour entretenir le mystère du qui est impliqué et qui a réellement fait quoi.

À côté de ça, Langston s’intéresse à une affaire déjà clôturée, exerçant son sens de la justice qui, il faut bien le reconnaitre, a tendance à devenir plutôt nuisible à la série. C’est un peu comme si le personnage tendait à devenir un justicier solitaire – dans la limite de ses compétences. Certes, en remplacement de Grissom, on ne pouvait pas attendre un personnage avec la même façon de penser, mais là, Langston semble de plus en plus vouloir ressembler à Horatio Caine. Au final, on ne saisit pas trop ce qui justifie son enquête, ce qui a tendance à nuire à l’intérêt qu’on peut y porter.

L’épisode se laisse donc suivre grâce à une storyline principale qui se révèle plutôt sympathique, mais l’ensemble n’est pas mémorable.

Guest stars : Ashley Jones, Blake Shields, Devon Gummersall

Appendicitement (1.09)

Nick, Greg et Hodges kidnappent Henry pour son anniversaire et l’emmènent dans un restaurant dans le désert qui se révèlera abandonné depuis plusieurs mois et dans lequel ils trouveront un cadavre.

Henry : Best Birthday Ever !

C’est donc l’anniversaire d’Henry et ses amis lui ont réservé une surprise qui va mal tourner. Comme cela arrive occasionnellement, CSI flirte avec la comédie. Dans le cas présent, on se retrouve avec un duo de crétins et un troisième mort de manière ridicule. Le tout prend place dans un restaurant délabré, fermé depuis six mois pour cause sanitaire. Nick, Hodges, Greg et Henry ont de quoi faire, coincés là pour la nuit à tenter de trouver un moyen de contacter la civilisation. Le lieu est plein de surprises et l’on tombe alors dans un style sitcom dans une ambiance qui reste très CSI. En tout cas, cela est des plus efficaces et on ne tombe pas dans la parodie.

À côté de ça, Raymond et Catherine sont sur une affaire de meurtre qui va offrir aussi ses petits moments comiques avant de tomber dans toute autre chose, car c’est le retour du serial killer de la saison. Ce dernier semble vraiment manufacturé pour Raymond et j’avoue avoir du mal à y trouver de l’intérêt. Tout est trop téléphoné et le surnom de Dr. Jekyll n’est vraiment pas imaginatif, ce qui amplifie le côté poussif de toute l’affaire. Malgré ça, l’ambiance de la série et toute la mise en scène donnent envie d’en savoir un peu plus. Espérons que ça ne sera pas dans six mois.

Au final, l’épisode n’est pas le plus dense ou émotionnel de la saison, de très loin, mais ce détour vers un style plus léger est loin d’être désagréable, bien au contraire. L’ajout du serial killer dans le dernier tiers était bien vu, car on ne pouvait pas le prévoir, mais n’était pas non plus nécessaire.